Thomas Gomart, directeur de l’Institut français des relations internationales, est l'invité du Grand entretien de France Inter.

Le directeur de l'Institut français des relations internationales
Le directeur de l'Institut français des relations internationales © Emilie Moysson / IFRI

Si "la prudence s'impose" dans l'analyse de la situation, la mort de six Français au Niger "rappelle qu'il n'y a pas de zone 'zen', pour reprendre le terme utilisé par l'un de leurs collègues dans cette zone des trois frontières, que c'est une zone qui reste instable et que la plus grande vigilance s'impose à tous lorsqu'on y circule" et ce "en dépit des points marqués par Barkhane", a estimé Thomas Gomart, directeur de l’Institut français des relations internationales, invité du 6/9 de France Inter lundi matin. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

"Il faut comprendre qu'on est dans un système frontalier poreux, que c'est, traditionnellement, une zone de tous les trafics et de contrebande. Il ne faut pas s'imaginer les choses comme des frontières sécurisées et gardées, qui permettraient un contrôle de ces groupes armés. Ce sont des groupes qui bénéficient d'une grande fluidité de mouvement, favorisées par ces zones semi-désertiques", poursuit-il. Ainsi, "ce n'est pas", selon lui, "une déstabilisation du Niger mais plutôt le fait que Barkhane marque des coups et provoque par effet retour des tentatives de groupes armés de montrer qu'ils sont encore actifs".

Les invités
  • Thomas GomartHistorien des relations internationales, directeur de l'Institut français des relations internationales