Bruno Le Maire, Ministre de l'Économie et des Finances, est l'invité du grand entretien de Nicolas Demorand et Léa Salamé à 8h20.

Bruno Le Maire a annoncé, samedi, que le déficit public serait inférieur à 3% en 2018 et 2019. Plusieurs sujets secoue le ministère de l'Economie et des Finances : le prélèvement à la source a été acté, la semaine dernière, par le Premier ministre. Le débat a été houleux au sommet de l'État. Emmanuel Macron a-t-il été sur le point de renoncer à cette mesure?  La taxation des GAFA est un combat mené par la France au sein de l'Union européenne. Sommes-nous en train de diaboliser les grands groupes américains? 

Sur la politique du gouvernement et la baisse du déficit public : "Ça marchera j'en suis convaincu, ça va prendre du temps. Il faut garder son calme et son cap. Aujourd'hui la croissance est solide mais on peut encore faire mieux (...) Je vous confirme que la France est de retour : fin 2017, on a fait trois mois tout à fait exceptionnels, mais (...) les grèves ont [entre autres] joué pour 0,1 point de croissance (...) Le cap, c'est de libérer la croissance de nos entreprises françaises".  

"Je veux qu'aucun territoire français, aucun Français ne soit en dehors de cette croissance française", explique le ministre qui ajoute que "pour 2019, nous resterons sous la barre des 3 % de déficit public."   

La dette n'a pas touché le cap symbolique des 100% du PIB. Mon cap, c'est de réduire de 5% notre dette publique 

Sur la démission de Nicolas Hulot

Bruno Le Maire explique que lui et Nicolas Hulot, qui vient de démissionner du Ministère de la Transition Écologique, avaient "bien travaillé ensemble (...) Il m'a convaincu de la fermeture des centrales à charbon."

Sur les propos de la nouvelle ministre des Sports

Après les propos polémiques de la nouvelle ministre des Sports Roxanna Maracineanu, qui, à peine nommée, qui dénonçait dimanche l'annonce "brutale" de la suppression de 1 600 postes relevant de son ministère, Bruno Le Maire veut tempérer : 

"La dette française est une dette française qui pèse sur chaque Français, on ne peut pas dire 'il faut baisser la dette' et ne pas supprimer d'emplois publics (...) Qu'une ministre des Sports arrive avec tout sa sincérité, je n'ai aucune difficulté avec ça (...) C'est utile d'avoir des ministres de la société civile, c'est comme ça que le gouvernement retrouve de la conviction aux yeux des Français."

Légende du visuel principal:
Bruno Le Maire © Radio France / Anne Audigier
Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.