L'ancien Premier ministre et ancien maire de Bordeaux, Alain Juppé, est l'invité du Grand entretien de France Inter. Il est l'auteur de "Mon Chirac" aux éditions Tallandier, en librairie le 10 septembre.

Alain Juppé évoque ses souvenirs dans un livre hommage sous forme de lettres à Jacques Chirac. Sa première rencontre avec Jacques Chirac, à l’hôtel de Matignon en 1976, Alain Juppé ne l’a jamais oubliée : "Une présence physique qui occupait tout l’espace". Dans ce livre en forme de confession, commencé avant la disparition de l’ancien Président, il raconte l’histoire de ce couple politique inédit qu’ils formèrent pendant près de quarante ans. C’est un portrait en creux et l'évocation d’une amitié singulière fondée sur un respect mutuel. 

Alain Juppé évoque la carrière de Jacques Chirac dans son ensemble. "Il avait cette dureté qui lui a longtemps collé à la peau. Mais une fois au pouvoir, il se libère des influences et à partir de 90, c’est un Chirac plus humaniste et sensible à d’autres enjeux, souvenez-vous de "la maison brûle"".  Revenant sur la déclaration sur "le bruit et l'odeur", après une visite du quartier de la Goutte d'or à Paris", Alain Juppé souhaite qu'on la remette dans son contexte et précise que "le racisme était exécré par Jacques Chirac". 

Dans ce livre, Alain Juppé évoque les hommes politiques des dernières années. Nicolas Sarkozy, avec qui il dit avoir eu "une relation complexe" et dont il dit : "il me fascinait et en même temps parfois on n’était pas sur la même ligne".  Il évoque aussi Edouard Philippe dont il considère qu'il "est une valeur sûre pour la France, je pense que la France aura besoin demain ou après-demain de ce qu'il peut lui apporter. Je lui garde mon amitié et une forme d'admiration". 

Gouverner aujourd'hui est-ce devenu impossible ?  "Impossible j’espère que non, difficile oui, nous sommes dans une crise de la démoc représentative", répond Alain Juppé. "Il faut essayer de la revivifier  en développant des modalités de démocratie directe.c’est là qu’il faut trouver le point d’équilibre car en même temps nous avons besoin d’autorité". 

Parlerait-il lui aussi des ayatollahs verts ?  "J'ai écrit un livre qui s'appelait "je ne mangerai plus de cerises en hiver". J'ai fait de Bordeaux une des villes-vélo depuis des années ; il y a une façon de voir l'écologie qui est totalement réactionnaire, conservatrice, anti-progrès et on aboutit à des visions que je combats, comme la collapsologie, c'est pas nouveau la fin du monde..."

  • Légende du visuel principal: Alain Juppé © AFP / GEORGES GOBET
Les invités
  • Alain JuppéMaire UMP de Bordeaux et ancien Ministre des Affaires étrangères
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.