L'écrivain et Professeur au Collège de France Antoine Compagnon est l'invité du grand entretien. Il publie "Un été avec Pascal" aux éditions des équateurs/ Radio France.

Auteur de la série "un été avec Pascal", Antoine Compagnon présente cette fois l'ouvrage issu de ces émissions, sur un auteur qui a beaucoup compté pour ce professeur du Collège de France, à plusieurs reprises dans sa vie, mais aussi pendant le confinement : "Nous nous sommes tous retrouvés confinés dans nos chambres, nous pouvions penser à Pascal, l'auteur le plus complet de la littérature française". 

Sur cet épisode de réclusion forcée, il raconte : "J'ai été déstabilisé par mon dernier cours, qui s'est arrêté en plein milieu (...) Je ne savais plus quoi faire, c'était une fin en queue de poisson" dit le spécialiste, qui annonce quand même une "conclusion en 2021, au Collège de France (...) Je n'ai pas voulu le faire de manière virtuelle".

"J'ai envie de reprendre la vie d'avant (...) Quand je vois les terrasses des cafés, j'ai le sentiment que je ne suis pas le seul"

Pourquoi associer régulièrement Pascal et Montaigne ? "Parce que Pascal parle beaucoup de Montaigne" explique Antoine Compagnon. "Pascal c'est un dialecticien, qui cherche à résoudre le conflit de la misère et la grandeur de l'homme".

"Lire pascal peut nous aider" 

"Pascal, c'est la recherche du bonheur. Il étudie tous ces moyens que nous avons pour fuir un certain nombre de vraies questions, le divertissement. Pour Pascal, c'est ce qui nous détourne sur l'interrogation sur le sens de la vie, Dieu. Nous avons été nombreux à avoir été confrontés à ces questions fondamentales sur la vie que nous menons."

Antoine Compagnon raconte aussi son Pascal "consolateur" : "Je m'étais engagé à faire ces émissions, dans un moment compliqué. Et Pascal m'a servi de compagnon pendant cette période, avec la personne avec qui je partageais les derniers moments. Une réflexion qui nous menait vers l'essentiel."

Sur son habileté dans le maniement de la langue française : "Pascal est vraiment un très grand styliste, qui a traversé tous les artifices, l'un des plus grands de la langue française".

"Pascal était un ironiste", poursuit-il en estimant que "dans tout mathématicien il y a du potache, il ne cesse de combiner la force et la justice, cherche à dépasser ses contradictions (..) Les marxistes ont toujours aimé Pascal, parce que c'était le modèle de la dialectique".

"Nous vivons avec une bonne dose de bêtise, qu'il faut assumer. En particulier au niveau de la lecture et de la lecture. Pour inventer des histoires, être romancier, il faut se laisser aller. Sans cette faculté d'abandon, comment écrire?"

"Pascal n'existerait pas sans ses deux soeurs, géniales. Jacqueline a été une grande poète, qui a sauvé la famille au moment de la fronde".

Et pour répondre au professeur Raoult, qui disait s'inquiéter de "la baisse du niveau du Collège de France" : "Le pr Raoult parle un peu de tout et n'importe quoi. Je ne connaissais pas sa compétence dans les sciences humaines. Je ne crois pas que le niveau baisse au Collège de France."

  • Légende du visuel principal: Antoine Compagnon © AFP / ULF ANDERSEN / Aurimages via AFP
Les invités
  • Antoine CompagnonProfesseur au Collège de France depuis 2006, titulaire de la chaire de Littérature française moderne et contemporaine
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.