Laurence Boone, cheffe économiste de l’OCDE, est l'invitée du Grand entretien de la matinale de France Inter.

L'OCDE a fortement revu à la hausse, à 5,6%, sa prévision de croissance mondiale en 2021, tablant sur les effets conjugués du méga-plan de relance américain et de la vaccination, dans ses perspectives intermédiaires publiées mardi. Le plan de 1 900 milliards de dollars voulu par le président américain Joe Biden contribue à hauteur de 1 point de pourcentage à cette révision de 1,4 point de la croissance mondiale par rapport à décembre. Grâce à cette injection massive, les États-Unis devraient voir le rythme de croissance du PIB doubler par rapport à ce qui était attendu en décembre, à 6,5%.

La différence entre la France, l'Europe, les États-Unis, concernant les perspectives de reprise économique, se mesure avec le développement de la vaccination. "La différence entre les pays comme les États-Unis ou la Grande-Bretagne, c’est que ces pays vaccinent beaucoup. Donc dès qu’on réouvre, l’activité repart, or en Europe, on a retard très certain sur la vaccination", explique Laurence Boone.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Quand au risque d'inflation à venir, elle précise qu'"on ne peut pas être catégorique sur l'inflation" car selon elle, "il y a des secteurs dans lesquels il va y avoir des hausses de prix : tourisme, restaurants" mais il y aura aussi beaucoup de chômage, et donc pas de hausses de salaires dans beaucoup de secteurs.   

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Où est passé l'argent des plans de soutien européens, les États ont-ils reçu l'argent ? Selon Laurence Boone, "les pays n'ont pas reçu l'argent à ce stade, ils sont en train de discuter avec la commission européenne pour savoir où va cet argent."

"La question est de savoir quel est  le monde qu'on veut construire après, et quelle croissance ?" selon l'économiste. Pour elle le numérique est indispensable au développement d'une économie verte. 

Faut-il en finir avec le "quoi qu'il en coûte" ? "La question serait plutôt de savoir à quoi sert l'argent ? La dette augmente et les gens vont plus mal", regrette-t-elle.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Il faut aller vers le RSA pour les jeunes, affirme la cheffe économiste de l'OCDE. "Dans la plupart des pays de l'OCDE, rappelle Laurence Boone, on donne un revenu aux jeunes avec des obligations". Elle donne l'exemple de tutorat d'élèves dans les lycées.  

  • Légende du visuel principal: Laurence Boone © AFP / ERIC PIERMONT
Les invités
L'équipe