Arnaud Montebourg, entrepreneur, fondateur de la marque Bleu Blanc Ruche. Ancien ministre de l'Economie, du Redressement productif et du Numérique, est l'invité du grand entretien de Nicolas Demorand à 8h20.

"Ce n'est pas parce qu'on a une situation d'urgence qu'il ne faut pas en profiter pour ne pas préparer l'avenir. Il n'y a pas de politique du Made in France."La France a vécu “la revalorisation de l'entraide, le moi roi a cédé le pas vers “qu’est ce qui compte le plus quand on est ensemble”, ça a été la hiérarchisation sociale inversée” estime Arnaud Montebourg.

Le corps social a gagné en cohésion. Cela prouve que la France a des ressources dans une période extrêmement dure. 

Pour Arnaud Montebourg, le bilan est de "30 000 morts, 193 milliards de richesse produite en moins, 2900 euros de manque à gagner pour chaque Français, et 3 millions de chômeurs, et si on ne fait rien pour l’éviter, c’est la facture de la période”

Arnaud Montebourg estime que  l’état a été “amateur,” “il a organisé un confinement généralisé par ce qu’on a été imprévoyant, on n’avait pas de masques pas de tests, et les soignants n’ont pas été protégés”. 

Le code génétique de la France c'est l’État, et l’État a été lamentable 

Comment sauver l'économie ? 

Pour Arnaud Montebourg, il faut prolonger le chômage partiel, au même niveau qu’aujourd’hui. Plutôt que faire des prêts aux entreprises, “il faut aller sur des fonds propres, car on fabrique des entreprises zombies”. Mieux vaudrait selon lui, “donner  des subventions, et des obligations convertibles”.

L'ancien ministre conteste la méthode appliquée par le gouvernement, et les propositions du patronat de baisse de salaires notamment. "Nous sommes dans une situation d'affaissement. Il va falloir que les projets qu'on construise rassemblent tous les Français, et que les dirigeants soient convaincants. Je vous dis juste que je ne suis pas convaincu par les discours."

"Ce n'est pas parce qu'on a une situation d'urgence qu'il ne faut pas en profiter pour ne pas préparer l'avenir. Il n'y a pas de politique du Made in France." explique Arnaud Montebourg.

"Il faudra inventer une nouvelle économie", estime-t-il. Il donne l'exemple du Japon qui a mis "2 milliards sur la table pour les investissements de fermeture d'usine en Chine, et leur réouverture au Japon". "On peut imaginer des coopératives, avec l’État, pour relancer la fabrication des médicaments en France" dit-il. "Nous pouvons utiliser la commande publique, jusqu'à présent elle l’était pour favoriser la Chine"

Pour l'avenir et dans la perspective d'une prochaine élection présidentielle, Arnaud Montebourg considère que pour l'instant il préfère se consacrer à ses activités entrepreneuriales. "Je défends depuis des années des idées, à chaque fois que ces idées sont portées je suis content de pouvoir appuyer, et j'espère pouvoir soutenir quelqu'un qui soutiendra ces propositions."

  • Légende du visuel principal: Arnaud Montebourg © AFP / François Lo Presti
Les invités
  • Arnaud MontebourgAncien Ministre de l’Economie, du Redressement productif et du Numérique, fondateur de « Bleu Blanc ruche »
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.