À l'occasion du Forum de Paris pour la Paix, Antonio Guterres, le secrétaire général des Nations Unis, est l'invité exceptionnel du Grand entretien de la matinale de France Inter. Il répond en direct aux questions de Nicolas Demorand, Léa Salamé et les auditeurs de France Inter.

Le secrétaire général des Nations unies a confirmé ce matin la volonté des dirigeants mondiaux de mettre un terme au conflit au Yémen. L'offensive des forces pro-gouvernementales sur Hodeida, point stratégique, avait été lancée en juin, mais elle s'est nettement intensifiée depuis le 1er novembre avec un bilan d'au moins 592 morts jusqu'ici (460 rebelles, 125 loyalistes et 7 civils), selon des sources militaires et des médecins.

Antonio Guterres qui répond aux critiques de Donald Trump et affirme l'importance d'une gouvernance multilatérale, alors que de nombreuses voix alertent sur une situation semblable à la tension de 1914 ou des années 30.

Sur la Syrie, Antonio Guterres a défendu les Nations unies, parfois accusées d'être responsables d'un conflit qui dure. Le secrétaire général met en avant les actions de l'organisation sur le plan humanitaire.

Alors que les dirigeants du monde se réunissent en Pologne début décembre lors de la Cop24, pour acter la mise en place des mesures décidées par les Accords de Paris sur le climat, Antonio Guterres appelle à aller beaucoup plus loin, car ces mesures ne suffiront pas. Pour le secrétaire général, ils n'empêcheront pas "une hausse de 3°C à la fin du siècle".

Légende du visuel principal:
Antonio Guterres © AFP / Don EMMERT
Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.