Régis Debray, écrivain, philosophe et auteur de l'ouvrage "Du génie français" aux éditions Gallimard, est l'invité du Grand entretien de la matinale avec Nicolas Demorand et Léa Salamé.

Régis Debray évoque Victor Hugo qu’il met au-dessus de tout, qui selon lui nous dépasse. Pour le philosophe, l’auteur des "Misérables", va de l’érotique au cosmique, "il aime les gens… Il milite pour la fraternité… Il nous agrandit, nous élève… Il est extra large !"

Moins tendre avec Stendhal dont il estime qu’il a une vision un peu limité de l’individu : pour Régis Debray, l’auteur du "Rouge et le noir" nous ramène au “ôte-toi de là que je m’y mette” de notre époque.

Chez Hugo en revanche, pour le philosophe, il y a le "nous d’abord", comme chez De Gaulle, qui ne citait jamais Stendhal. "Hugo nous rappelle qu’au-delà de l’individu, il y a des horizons communs."

Régis Debray estime qu’Hugo est regardé avec condescendance par les gens chics. Il fait un parallèle entre l’enterrement de Johnny et de celui d’Hugo,  deux événements qui ont réuni autant de monde.

L’auteur est pour le philosophe capable d’aller des tours de Notre-Dame aux abîmes. Il prend l’homme de la rue au sérieux. "C’est un homme qui vibrait avec les 5 continents". Pour Régis Debray, Stendhal est "un homme du monde, Hugo un homme de l’univers".

Le philosophe évoque l’époque actuelle, la fonction présidentielle qui s’est selon lui privatisée "comme les aéroports et les services publics". 

Il dit vouloir entendre nos dirigeants parler d’autres choses que de leur vie privée. Selon lui, les “gilets jaunes” ont fait "prendre conscience à Emmanuel Macron qu’en France il y a des Misérables". Pour Régis Debray, à notre époque, Hugo aurait été discrédité en tant que populiste, il prenait au sérieux les émeutes. "On dirait aujourd’hui qu’il est un souverainiste."

Évoquant la jeunesse et "les vieux cons", le philosophe conclue ainsi : “Il y a beaucoup de jeunesse cachée chez les vieux cons et beaucoup de connerie chez les jeunes.”

  • Légende du visuel principal: Régis Debray © Radio France / PhotoPQR/La Nouvelle République/Sébastien Gaudard
Les invités
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.