Tensions en Asie, guerre commerciale et monétaire, soubresauts politiques en Italie... Le géopolitologue François Heisbourg revient sur l'actualité internationale au micro de Pierre Weill, dans le grand entretien du 6/9.

Interrogé sur la situation actuelle en Italie où le ministre de l'Intérieur, Matteo Salvini, tente de faire exploser son propre gouvernement, François Heisbourg souligne l'extrême complexité du système politique italien. "Il n'est pas écrit à l'avance que Salvini aura le nombre de voix nécessaires pour faire adopter sa motion de défiance", insiste le conseiller spécial du président de la Fondation pour la recherche stratégique. "Je pense que l'on va parler longtemps de cette affaire, poursuit-il. Salvini joue son va-tout. La classe politique italienne ne va pas lui faciliter les opérations"

François Heisbourg estime en tous cas qu'une crise économique et financière italienne serait lourde de conséquences pour l'Union européenne. Le pays, rappelle-t-il, est la troisième économie du continent, ses finances publiques et son système bancaire sont en "piteux état". "L’incertitude dans laquelle s’enfonce le pays risque de provoquer une crise face à laquelle l’Europe n’aurait pas les moyens d’agir", assène l'expert en géostratégie.

La Chine "parfaitement capable" d'intervenir militairement à Hong Kong

Alors que Hong Kong est le théâtre depuis juin d'importantes manifestations contre le recul des libertés et l'ingérence de Pékin, "la Chine est parfaitement capable" d'intervenir militairement pour étouffer la contestation, estime François Heisbourg. 

Il faut rappeler qu'aux yeux des dirigeants communistes chinois, Tienanmen a été un succès. Appliquer la même recette à Hong Kong est l'hypothèse la plus probable. 

Le géopolitologue observe également la Chine devenir "la première grande cyber-dictature de la planète". "Une bonne partie du jeu entre manifestants et policiers est de gagner la bataille de la reconnaissance faciale", rappelle-t-il. 

"La réélection de Donald Trump est davantage envisageable que son élection en 2016"

Selon François Heisbourg, l'avantage de Donald Trump sur ses concurrents démocrates à la présidentielle de 2020, est qu'il a su conserver sa base électorale. "Les guerres commerciales n'ont pas d'effet à court terme sur le bien-être de l'électeur américain", souligne-t-il. "La réélection de Donald Trump est davantage envisageable que son élection en 2016, qui était hautement improbable et qui pourtant a eu lieu", estime François Heisbourg.

  • Légende du visuel principal: François Heisbourg © AFP / Miguel Medina
Les invités
  • François HeisbourgSpécialiste en géopolitique, président de l'International Institute for Strategic Studies (IISS)
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.