Christiane Taubira, ancienne garde des Sceaux, est l'invitée du grand entretien de Nicolas Demorand et Léa Salamé à 8h20.

Pour Christiane Taubira, "il y a des vertus éthiques au confinement, à titre personnel et collectif" : "Ce qui me paraît important, c’est d’avoir conscience des autres, d’avoir constamment à l’esprit qu’il y a d’autres qui subissent les mêmes contraintes, les mêmes interdits, les mêmes renoncements, dans des conditions différentes et très inégalitaires. Ce qu’il y a de puissant dans ce moment, c’est la présence des autres : surtout quand elle n’est pas là physiquement, elle est là."

"Ce qui fait tenir la société, c'est d'abord une bande de femmes"

Que pense-t-elle du vocabulaire très guerrier d'Emmanuel Macron depuis le début de cette crise ? "Je n’ai pas envie de sombrer dans la facilité en disant que le président s’est trompé de registre. Il a probablement intentionnellement voulu bousculer les consciences et les comportements. Je pense sincèrement que des femmes dans des positions d’autorité ou de pouvoir auraient abordé les choses différemment. Plutôt que d’avoir recours à ce corpus viril, martial, elles auraient vu plus facilement que ce qui fait tenir la société, c’est d’abord une bande de femmes : elles sont majoritaires dans les équipes soignantes, même si nous soignons aussi avec autant de gratitude les hommes ; elles sont majoritaires aux caisses des supermarchés, dans les équipes qui nettoient les établissements qui travaillent encore… Tout ce qui tient la société, qui nous permet d’inscrire une temporalité dans nos têtes, de nous projeter, ce sont les femmes qui le font. Depuis longtemps, ce sont les femmes qui portent les métiers de soin en général."

Pour elle qui a connu des périodes similaires, est-ce que ça change quelqu’un de prendre des décisions dans ces conditions ? "Il faut consentir à changer, accepter d’être habité à la fois par le doute, l’incertitude, l’idée de la responsabilité. Il faut accepter de ne pas être infaillible et d’être dévoué complètement aux autres. C’est une responsabilité extrêmement lourde et dans ces circonstances on se rend compte de la nature du pouvoir : le pouvoir est exorbitant, abusif par nature, puisqu'il vous conduit à prendre des décisions dont les conséquences vont peser sur la vie des autres. Comment je rassemble mes connaissances, mon savoir, au mieux pour prendre la meilleure décision pour les autres ?"

"Pour les responsables politiques, il est toujours difficile de revenir sur les privations de libertés"

Est-elle inquiète pour les libertés publiques au moment du retour à la normale ? "Je suis profondément persuadée que ce sera très compliqué", explique l'ancienne Garde des Sceaux. "Parce que c’est un débat qui va traverser le pouvoir lui-même : comment on en sort ? Est-ce qu’on en sort d’un coup avec les risques que ça suppose ? Ça va être très difficile. Et de toute évidence tout état d’urgence, sanitaire ou pas, est un état de privation quasi absolu de libertés individuelles et publiques. Nous y consentons, et nous avons raison d’y consentir, pour nous-mêmes mais surtout pour les autres. Pour les responsables politiques, qui ont de moins en moins de courage, il est toujours difficile de revenir sur les privations de libertés, parce qu’il y a toujours une voix, un courant qui va se mettre à hurler que lorsqu’on rétablit les libertés, qu’on rétablit des risques. [...] La réponse est entre nos mains, c’est à nous de faire grandir nos démocraties."

Sur le traçage numérique envisagé pour accompagner le déconfinement, Christiane Taubira se pose des questions également : "La finalité est concevable : nous allons tous être dans la crainte d’une réplique. Maintenant, il faut toujours être extrêmement prudent. J’ai entendu toutes les explications techniques et philosophiques, mais j’ai des inquiétudes. Ces inquiétudes sont d’autant plus fortes en Europe compte tenu de notre histoire récente sur les fichiers, sur la façon de stocker des informations et d’identifier des individus. La France a des structures qui peuvent apporter des garanties. Non au moindre grignotage de libertés, puisque les démocraties ne savent pas rétablir les libertés qu’elles grignotent."

"On n’est pas dans un temps normal"

Elle soutient en revanche les mesures prises par Nicole Belloubet pour libérer un peu plus tôt des détenus en fin de peine. Pour elle, avec le coronavirus, "le risque est grand pour les détenus, les personnels pénitentiaires… Il faut s’interroger sur le sens de la prison : est-ce que libérer des personnes en fin de peine, deux mois ou six mois plus tôt, c’est dramatique en termes de sens de la peine ? Je rappelle que ce n’est pas fait aveuglément mais sur dossier. Est-ce que ce n’est pas plus dramatique que ces lieux fermés deviennent des foyers explosifs de propagation du virus ? On n’est pas dans un temps normal, et il faut savoir prendre un certain nombre de décisions moralement, éthiquement, à la fois courageuses et justifiées."

Sur l'économie, "il y a des vieux réflexes qui sont là"

"Que le président du Medef soit inquiet de l’état du tissu économique, et de la dégradation qui risque de se poursuive, cela se conçoit, il est dans son rôle", explique Christiane Taubira. "Mais qu’il se souvienne qu’il a des partenaires sociaux, et que les personnels ont des représentants, c’est bien de le lui rappeler. Il y a de vieux réflexes qui sont là, alors qu’on ne va pas sortir de cette épreuve dans l’état dans lequel on y est entrés. Dire : “La vie des gens, leur sécurité, leur santé, leurs conditions de vie, tout ça c’est hors champ, ce qui compte c’est la productivité et la rentabilité”, ça c’est terminé et les gens l’ont bien compris."

"On entend bien les discours officiels qui montrent une très grande inquiétude sur l’économie", rappelle-t-elle. "On ne pourra pas vivre sans économie : mais on ne peut pas vivre sans les gens, sans les soignants, sans les caissières, sans les éboueurs. On a bien vu ces fragilités, ces imbécilités même, ces délocalisations qui nous ont démunis, qui ont différé notre capacité de réponse d’une, deux, trois semaines pendant lesquelles des gens sont morts. Cette économie, elle ne peut pas être un absolu, une divinité, un veau d’or. Nous devons avoir le courage de nous interroger."

  • Légende du visuel principal: Christiane Taubira © Radio France /
Les invités
  • Christiane TaubiraAncienne garde des Sceaux, ministre de la Justice dans les gouvernements de Jean-Marc Ayrault I et II, puis de Manuel Valls I et II
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.