Christian Jacob, président des Républicains, est l'invité du grand entretien de Nicolas Demorand et Léa Salamé à 8h20.

Interrogé sur l'engagement du parti Les Républicains en faveur de l’écologie, Christian Jacob répond qu'on "ne peut pas la dissocier de la démographie, du logement, de l'alimentation et de l'eau. Il y a une augmentation de la demande alimentaire mondiale : il faut bien y répondre". 

"On ne peut pas opposer écologie et production... et productivisme d'une certaine manière"

Pour Christian Jacob, "une entreprise doit être rentable économiquement, facteur de progrès social. Ensuite elle doit être respectueuse de l’environnement, car cela assure sa durabilité". 

Christian Jacob est favorable à une taxe carbone aux frontières de l’Union européenne.

"La France seule ne peut pas lutter"

Le président LR plaide pour le développement des biocarburants. "On doit être moins dépendants des énergies fossiles avec le développement des biocarburants. Les biocarburants ne sont pas, ou beaucoup moins, émetteurs de gaz à effets de serre. Et ça développe des produits de substitution des céréales, qui remplaceront le soja qui vient du Brésil, ainsi que la production de carbone que ça engendre".

Il préfère ce type de solutions au développement du parc éolien. "Les 80 millions d’euros mis dans les éoliennes, on devrait les mettre sur l’isolation des logements, sur des chauffages plus performants. C’est plus intelligent, ça baisserait les coûts pour les gens, et ça serait plus efficace que de saccager le paysage".

"Le nucléaire n’est pas une fin en soi". 

Il estime que le nucléaire, qui "n'est pas une fin en soi", reste aujourd'hui l'énergie "la moins carbonée et la moins chère". 

Une alliance entre LR et les écologistes pourrait-elle être envisageable ? Christian Jacob estime que non. "Je ne vois pas sur quelles bases ça peut se faire. Les verts viennent de la gauche et de l’extrême gauche. Mais il n’est pas interdit aux verts d’évoluer".

Laïcité : "on attend des décisions"

Christian Jacob signale "l'inquiétude" des élus sur la défense de la laïcité en France. "Il y a des attaques sur la laïcité, jamais vues, le président ne réagit pas sur ces sujets." 

Le président du parti LR énonce les sujets sur lesquels il voudrait que des décisions soient prises, comme l'expulsion des "3 500 étrangers fichés S", la langue française obligatoire pour les imams durant leur prêche et des mesures contre les personnes qui appellent à la violence. 

Interrogé sur son soutien à Mila, ("êtes-vous Mila ?"), Christian Jacob répond : "J’ai horreur de ce type d’expression. Je suis pour la liberté de culte et pour la liberté de critiquer tous les cultes. C’est de la folie ce qui s’est passé".

"Jamais démocratie n'a été traitée de cette manière"

Le chômage atteint en France son taux le plus bas depuis 12 ans. Pour Christian Jacob : "Un, c’est une bonne nouvelle. Deux, c’est une baisse moitié moins importante que les autres pays de la zone euro car nous n’avons pas fait de réformes de structure". 

"Dans les autres pays, le chômage baisse deux fois plus vite qu’en France". 

Concernant le débat à l'Assemblée nationale sur la réforme des retraites, il rappelle que le parti LR a proposé un contre projet, avec un financement. "Ce qui fait réagir, c’est le mépris du parlement, des corps intermédiaires, des élus locaux, des Français, ceux qui ne sont rien. Et on dit aux députés de voter le texte, et surtout de voter vite, parce qu'on a autre chose à faire que de perdre du temps avec vous, et le financement on verra plus tard", s'insurge-t-il. 

"C’est irresponsable,  jamais démocratie n’a été traitée de cette manière"

"Nous, on demande l’arrêt de cette réforme. On veut une réforme avec un budget sur la table. Personne ne comprend rien à ce texte, il n' y a pas de financement. Cela va se finir par une baisse des pensions et une augmentation de la fiscalité. Et le gouvernement n’aura pas le courage de prendre la mesure d’âge qui s’impose."

Municipales : "Paris, ça me semble gagnable"

Christian Jacob estime, que la force de LR, "c’est l’ancrage sur les territoires, je suis confiant sur les municipales, nos maires ont fait du bon travail, on peut rebondir." Plus particulièrement, il déclare que "Paris [lui] semble gagnable. Une personne incarne l’alternance, face à Anne Hidalgo, c’est Rachida Dati." Dans les sondages, l'élue parisienne est passé de "12 à plus de 20 %" d'intentions de vote, explique le président du parti LR. 

  • Légende du visuel principal: Christian Jacob © AFP / Joel Saget
Les invités
  • Christian JacobPrésident du Groupe LR à l'Assemblée Nationale et député de la 4e circonscription de Seine-et-Marne
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.