La France est-elle en bonne voie pour faire diminuer encore son taux de chômage ? Et comment stimuler l'emploi, en quantité et en qualité ? Gilbert Cette, économiste, et Stéphane Carcillo, chef de la division Emploi et Revenus à l'OCDE, sont les invités du grand entretien du 6/9, au micro de Pierre Weill.

Alors que le taux de chômage a reculé de 0,2% au deuxième trimestre, pour s'établir à 8,5 % de la population active, "la France reste, malgré ses réformes nombreuses et cohérentes, parmi les pays européens où le taux de chômage est le plus élevé", souligne l'économiste Stéphane Carcillo sur France Inter. L'Allemagne et le Royaume-uni affichent ainsi un taux de 3%. "Il reste donc encore des marges de progression", en déduit le chef de la division Emploi et Revenus à l'OCDE.

Pour l'économiste Gilbert Cette, ce léger recul du chômage montre qu'une croissance faible n'est pas incompatible avec une reprise de l'emploi. "On peut voir là l'effet de réformes du marché du travail qui se sont empilées depuis des années", à savoir le CICE, et les ordonnances de travail confirmées par la loi Pénicaud. "Il y a moins d'appréhension à embaucher en particulier de la part des PME", observe-t-il. 

Interrogé sur la réforme de l'assurance chômage, Gilbert Cette estime que celle-ci va dans le bon sens. "Elle va réduire les incitations actuelles qui enferment les travailleurs dans des contrats courts". Avant d'ajouter : 

On peut néanmoins se dire qu’on aurait pu aller un peu plus loin. Beaucoup de secteurs d’activité sont sortis du bonus-malus sur les contrats courts. C’est dommage de ne pas avoir fait quelque chose de simple, de lisible

Quelles réformes la France doit-elle entreprendre pour faire baisser le chômage ? Stéphane Carcillo cite en premier lieu le champ de la mobilité, afin de réduire les importantes disparités territoriales face à l'emploi. "L'autre gros challenge, ajoute-t-il, c'est la mise en oeuvre de la formation professionnelle. La France y consacre beaucoup d'argent mais forme moins ses salariés et ses chômeurs que la plupart des autres pays de l’OCDE". 

  • Légende du visuel principal: Dans une agence Pôle Emploi de Montpellier, en janvier 2019 © AFP / Pascal Guyot
Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.