Gérald Bronner, professeur de sociologie à l'université Paris-Diderot, revient sur le profil de l'auteur de l'attentat du marché de Noël de Strasbourg. Spécialiste des questions de radicalisation, il est l'invité du grand entretien de Nicolas Demorand à 8h20.

Gérald Bronner
Gérald Bronner © Maxppp / PHOTOPQR/VOIX DU NORD

Gérald Bronner, sociologue, revient sur le profil de Cherif Chekatt, auteur présumé de l'attaque du marché de Noël à Strasbourg, abattu jeudi soir par les forces de l'ordre. 

"Ce profil n'étonne plus beaucoup (...) ce sont souvent des gens qui viennent de la délinquance, qui ont grandi dans des quartiers sensibles."

"On ne se radicalise pas tout seul, c'est très rare. Mais ça peut se passer sur internet" : 

"Ces idéologies sont très séduisantes (…) L'islam, à l'heure actuelle a une grande performance argumentative."

Ce ne sont pas des fous, au contraire, cette rationalité qui est folle a des raisons

"Reconstruire leur univers mental est la seule manière de déconstruire la croissance de leur croyance" explique encore le sociologue : 

"La meilleur chose n'est pas d'attaquer la croyance mais les processus intellectuels qui y ont mené, les erreurs de raisonnement (…)La crédulité n'implique pas la bêtise". 

Plus on a un haut niveau d'étude, plus on a la chance d'avoir un haut niveau de croyance

La prison comme école de la radicalisation ? "C'est un monde clos, avec un certain temps. Vous avez besoin de narrations qui vous lavent de vos péchés, c'est un discours qui permet d'acquérir une forme de virginité."

Sur le rôle d'Internet et les théories du complot

La mécanique complotiste est très prévisible explique Gérald Bronner : "A Strasbourg cette mécanique a rencontré les intérêts d'un mouvement social"

A propos d'internet, il explique "Sur ce marché, ceux qui se font le plus entendre sont ceux qui parlent le plus fort. Et quand on est croyant on est très motivé."

A propos de Facebook, Gérald Bronner estime que c'est du "troc du temps d'attention contre de l'économie. Les algorithmes vous ramènent toujours au même endroit, ça tend à la radicalisation.

Les invités
  • Gérald BronnerProfesseur de sociologie à l’Université Paris Diderot - Paris VII
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.