Daniel Cohn-Bendit, ancien député européen EELV, est l'invité de Nicolas Demorand à 8h20.

Daniel Cohn-Bendit, ancien député européen, analyse la crise démocratique européenne au micro de Nicolas Demorand.

Crise politique profonde en Allemagne ?

"C'est une redistribution des cartes, l'Allemagne a découvert un nouveau paysage politique avec l'arrivée de l'extrême-droite. C'est la constitution allemande qui est à l'épreuve pendant six mois, ce n'est pas une crise politique."

Ce gouvernement [français] a des chances de faire des petites choses mais qui peuvent être importantes

"Le couple franco-allemand n'aura pas la main en Europe parce que personne n'aura la main en Europe", explique l'ex-eurodéputé qui estime tout de même "qu'il peut faire des propositions" : "Mais d'abord il faut qu'il y ait un gouvernement à Berlin qui réponde à ce que propose le gouvernement à Paris, des propositions qui soient faites ensuite aux 26 de l'UE".

La montée des populismes en Europe

Selon Daniel Cohn-Bendit : "Le populisme aujourd'hui est une réaction d'une partie des populations face à une désorientation créée par la mondialisation" .

Sur les commémorations de Mai 68

A propos de ce cinquantenaire des soulèvements de Mai 68, qui le lasse un peu, l'ex-eurodéputé concède : "Si j'avais voulu, j'aurais pu faire un tour du monde, parce que Mai 68 fascine le monde entier. L'intérêt aujourd'hui, c'est pourquoi tout le monde est fasciné par Mai 68 ?"

Sur la politique migratoire du gouvernement 

"La politique migratoire ne me plait pas. [Cette] politique aujourd'hui est moins humanitaire qu'elle ne pourrait l'être" estime Daniel Cohn-Bendit. 

Sur la dépendance au nucléaire en France

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.