Nouveau président des Républicains, Christian Jacob, a estimé que le voile devait être interdit pendant "tout le temps scolaire", ne comprenant pas qu'il puisse l'être dans l'enceinte scolaire et autorisé lors d'une sortie, comme ce fut le cas avec une mère voilée au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté.

Alors que la vidéo d'un conseiller régional Rassemblement national de Bourgogne-Franche-Comté demandant à une mère d'élève accompagnatrice d'un groupe d'enfant de retirer son voile lors d'une sortie au conseil régional, le nouveau président du parti Les républicains, élu dimanche à la tête de la formation politique de droite, juge que le voile doit être "interdit" pendant "tout le temps scolaire". 

Christian Jacob poursuit : "Je ne vois pas comment on peut interdire le voile dans l'enceinte scolaire et l'autoriser dans le temps scolaire", répondant ainsi à la question d'un auditeur de France Inter, appelant à renouer avec la directive prise par Luc Chatel, ministre de l'Education sous Nicolas Sarkozy (2009-2012).

Cette circulaire de mars 2012 demandait aux accompagnateurs de ne pas porter de signes religieux ostentatoires. Mais une étude du Conseil d'Etat de décembre 2013 relève que les parents accompagnant des sorties scolaires ne peuvent être considérés comme des agents auxiliaires du service public et qu'ils ne sont donc pas soumis à la neutralité religieuse.  Interrogé pour savoir s'il demandait clairement au gouvernement d'interdire le port du voile lors des sorties, M. Jacob a répondu par l'affirmative, jugeant qu'"à partir du moment où on l'interdit à l'école" cela vaut "pour tout le temps scolaire".

"Le fait qu'elle soit voilée me choque", avait déjà estimé Christian Jacob. "S'il y a interdiction du voile à l'école, il doit l'être dans l'accompagnement des voyages scolaires. Mais on peut le faire sans agresser les gens", avait-il toutefois nuancé, à propos du ton employé par l'élu régional RN Julien Odoul.  

Municipales : "Être candidats sous nos couleurs"

"À partir du moment où il y a un accord politique, ça n’est pas acceptable pour nous", a déclaré Christian Jacob au sujet de la possibilité d'alliance entre des candidats LR et la République en marche pour les municipales. "Nous devons être candidat sous nos couleurs, c’est-à-dire pas d’accord politique avec la République en marche, pas plus d’ailleurs et encore moins avec le Rassemblement national", a déclaré Christian Jacob. 

Mais, a tempéré le nouveau président des Républicains, "nous nous investissons des maires qui eux vont choisir leur équipe. Moi j’ai été maire élu et réélu à trois reprises ça n’est jamais une commission d’investiture qui m’a expliqué comment je composais ma liste". "Mais à partir du moment où il y aura un accord politique ça n’est pas acceptable pour nous", a-t-il insisté.

  • Légende du visuel principal: Christian Jacob © Radio France /
Les invités
  • Christian JacobPrésident du Groupe LR à l'Assemblée Nationale et député de la 4e circonscription de Seine-et-Marne
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.