Directrice de la rédaction de "Témoignage chrétien", la journaliste et intellectuelle catholique Christine Pedotti est l'invitée du grand entretien du 6/9.

Christine Pedotti
Christine Pedotti © Christian Adnin

"La question des femmes dans l'Église est centrale", martèle Christine Pedotti, directrice de la rédaction de Témoignage chrétien. Pour autant, plutôt que de dire si oui ou non, les femmes doivent pouvoir devenir prêtres, l'essayiste explique préférer aborder la question d'un point de vue plus large. "Il faut aujourd'hui se poser la question de qui sont les prêtres, comment ils vivent', estime-t-elle, en plaidant pour la fin de "l'entre-soi clérical".

Aujourd'hui, les prêtres sont exclusivement des hommes célibataires, qui s’engagent pour toute la vie, à plein temps. On peut peut-être faire varier tout ça : peut-être pas forcément des hommes, peut-être pas célibataires, peut-être pas pour une vie entière, peut-être pas à plein temps.

Alors que les opposants à l'ouverture de la prêtrise aux femmes invoquent une volonté de Jésus, Christine Pandotti considère à l'inverse qu'il s'agit là d'un fait de tradition. "Jésus n'a jamais choisi de prêtre", souligne-t-elle. 

L'auteur du livre Qu'avez-vous fait de Jésus dénonce aussi le phénomène de "régression", qui conduit, dans certaines paroisses, à écarter les filles de l'autel et du chœur. "Il y a une baisse de la présence de l’Église dans la pratique religieuse en France, du coup il y a une forme de réaction. On se dit qu’on va faire tout comme avant. C’est un signe de très mauvaise santé pour l’Eglise catholique", constate-t-elle.

Culture du secret

Alors que les affaires de pédophilie dans l'Église s'accumulent, que le Vatican s'est doté en mars d'une loi contre les crimes sexuels sur mineurs, Christine Pedotti ne peut que constater la persistance de la culture du secret. "On espère que c’est fini, mais chaque jour on a des preuves que ça ne l’est pas. Ça n’est pas parce que le pape décide des choses que ça a des conséquences partout dans le monde", souligne la directrice de la rédaction de Témoignage Chrétien. 

"Pour ce qui est de la France, des mesures décisives ont été prises par la Conférences des évêques, c’est en train d’avancer. Nos cultures démocratiques et de transparence aident l’Église à faire ce travail", ajoute-t-elle.

Interrogée sur la PMA, Christine Pedotti rappelle que l'Église y est opposée, y compris pour les couples hétérosexuels. Elle déplore "la couleur homophobe" que prend dit-elle, la "bataille qui semble vouloir être menée". 

Je ne suis pas certaine qu’il y ait une différence substantielle entre des enfants aimés dans une famille homoparentale et des enfants aimés dans une famille hétérosexuelle !

"Il y a des catholiques sur tout le spectre des usages"

Christine Pandetti insiste sur l'hétérogénéité de la communauté catholique. "Il y a des catholiques sur tout le spectre des usages. Certains avec des préférences pour les engagements sociaux autour des migrants, d’autres qui préfèrent choisir les batailles autour de la famille traditionnelle. C’est assez rare que les mêmes catholiques fassent les deux".

On voit bien que l’accent par le pape François sur la fraternité, la bienveillance et l’accueil de l’autre fait grincer des dents chez les catholiques plus identitaires.

Elle souligne aussi les "oppositions violentes" auxquelles le pape doit faire face au sein de la curie romaine. 

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.