Mathieu Laine, essayiste, éditorialiste et PDG du cabinet de conseil "Altermind", est l'invité du grand entretien de Nicolas Demorand à 8h20.

L'essayiste Mathieu Laine prône la transformation du pays au même titre que le président de la République. Faut-il être libéral pour transformer? 

A propos de l'expression "pognon de dingue" employé par Emmanuel Macron qui s'exprime sur les aides sociales, dans une vidéo diffusée par l'Élysée, Matthieu Laine estime que "Macron a fait un constat objectif, clair, sur l'état providence, qui ne permet pas le mot-clé, celui le plus important : l'émancipation (...) C'est bien de le dire pour poser un constat, et voir s'il n'y a pas d'autres solutions". 

Matthieu Laine explique aussi qu'il a "beaucoup travaillé avec Hernando de Sotto", économiste qui a travaillé dans les bidonvilles au Pérou, et sur comment on sort de la pauvreté, par le travail et par le capital". "Chacun a un capital" insiste l'essayiste. 

"L'idée n'est pas de faire disparaître la redistribution", tempère-t-il aussi, "il faut un filet de sécurité pour ceux qui en ont besoin, sinon on est libertarien (...) Prendre de l'argent à des gens et le redistribuer à d'autres ça ne marche pas."

Dire qu'on bascule dans un individualisme, c'est une caricature

[Emmanuel Macron] a eu beaucoup de moment où il a parlé 'cash'. Il n'hésite pas à poser des constats avec originalité sans être tenu par la boussole des sondages

"La théorie du ruissellement n'existe pas"

Légende du visuel principal:
Mathieu Laine sur France Inter © Radio France / Radio France
Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.