Ludmila Acone, historienne spécialiste de l'Italie à l'Université de Paris I et Eva Morletto, journaliste et correspondante pour les magazines Mondadori, fondatrice de Davincipost.info dédié à l'actualité française et italienne, sont les invitées du grand entretien à 8h20.

Ludmila Acone est historienne spécialiste de l’Italie à l’Université de Paris I. Eva Morletto journaliste, correspondante pour les magazines Mondadori et fondatrice du site d’information davincepost.info dédié à l’actualité française et italienne. 

L’effondrement du pont Morandi a fait au moins 39 morts. Samedi auront lieu des funérailles nationales.

Le pont datait des années 60 et a fait l'objet de travaux de maintenance importants dès ses premières décennies d'existence.  Ce tronçon d’autoroute est crucial pour les communications entre l’Italie la France et l’Espagne. Donc on va au devant de gros problèmes de trafic.

Le nouveau gouvernement populiste a pointé du doigt la société gérant l'autoroute, Autostrade per l'Italia. Le ministre des Infrastructures et des Transports, Danilo Toninelli, a appelé ses dirigeants à démissionner et a commandé un audit des ponts et des tunnels italiens.  

Quelles seront les conséquences politiques de cette catastrophe ? 

Cet événement affaiblit-il le mouvement 5 étoiles ? Salvini peut-il en sortir plus fort ? 

Cette catastrophe révèle-t-elle une défaillance des acteurs et des pouvoirs publics ? 

Va -t-on vers un procès ? 

Un conseil des ministres exceptionnel hier à Gênes.

Ludmila Acone : "Soit on enlève la concession à Autostrade per l'Italia, soit on lui fait payer une amende autour de 150 millions d’euros. C’est l’hypothèse la plus réalisable". 

C’est la question de la gestion des infrastructures qui inquiètent le plus les Italiens. Luigi Di Maio s’est opossé au chemin de fer Paris-Lyon et il a dit clairement que les grands travaux nuisaient à l’entretien du réseau. 

Matteo Salvini dénonce l’incurie de l’Europe. 

Matteo Salvini est l’homme fort de la Ligue du Nord, le parti d’extrême-droite arrivé au pouvoir en formant une coalition avec le Mouvement Cinq Etoiles. 

Le drame renforce plutôt la position de la coalition. 

Salvini et Di Maio donnent le ton avec des enracinements différents ; les deux parlent pour l’instant d’une même voix. Ce n’est pas le moment de la fracture. 

Ce n'est pas une question mafieuse

Les syndicats de travailleurs parlent d’infiltration mafieuse.  C’est très connu en Italie, mais Gênes n’est pas un terrain mafieux.  En revanche  hier Di Maio a porté une accusation très claire contre Benetton qui aurait payé le parti au pouvoir pour que Autostrade per l'Italia remporte ce marché. 

Des alertes sur la sécurité de ce pont ont été émises et il y a déjà eu des écroulements de ponts. 

Eva Morletto, journaliste italienne : "On cherche des boucs émissaires. On a mis sur le banc des accusés Autostrade per l'Italia pour aller vite mais on ne raisonne pas de façon rationnelle."

Légende du visuel principal:
Luigi Di Maio, vice-Président du Conseil © AFP / Andreas Solaro
Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.