Anne Hidalgo, maire de Paris et Mgr Chauvet, recteur et archiprêtre de l'église Notre-Dame de Paris, sont les invités du Grand Entretien de France Inter à 8h20, accompagnés, au téléphone, par l'architecte Christian de Portzamparc, et Stéphane Bern (chargé d'une mission sur la patrimoine).

Le glas a sonné à 21h00 mardi soir, dans plusieurs églises, en raison de l'incendie qui a détruit partiellement la cathédrale Notre-Dame et qui  n'a été, sinon circonscrit, au moins contrôlé que vers 23h. "On peut considérer que la structure de Notre-Dame est sauvée et préservée dans sa globalité", a indiqué le général Jean-Claude Gallet, commandant de la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris.  

Mgr Chauvet, lui ressent ce matin "une très grande tristesse. On assiste à ce spectacle épouvantable... heureusement j'étais bien entouré.Pour vivre cette expérience il ne faut pas être tout seul". 

Anne Hidalgo confie ce matin : "J’ai encore la gorge nouée. J’étais dans mon bureau quand on a vu les premières fumées, je suis parti immédiatement au pied de la cathédrale. J’ai vu les pompiers se battre avec un courage inouï (...) Je ne pouvais pas imaginer Paris sans les tours de Notre-Dame (...) Voir la mobilisation des agents de la ville jusque tard dans la nuit, une chaîne humaine, c’était très émouvant".

Quand on entre, normalement, on voit les flèches, et là c’est à ciel ouvert

Sur le sauvetage des oeuvres d'art de la cathédrale : "Une rosace est encore sur place, certains tableaux ont été sauvés, ils sont à la mairie de Paris".

Anne Hidalgo précise : "Nous avons mis à disposition la salle Saint-Jean de la mairie pour que puissent être garder ces oeuvres : la tunique de Saint Louis et la couronne d’épine".

Quand aux conditions de sécurité mises en place sur le chantier de rénovation, Mgr Chauvet explique qu'elles étaient pourtant maximales : 

Comment financer cette reconstruction ? Anne Hidalgo propose "qu’on puisse tenir une conférence internationale des donateurs, je suis d’ailleurs prête à l’accueillir" : "La ville mettra sa contribution" annonce-t-elle. Quand à Christian de Portzamparc, architecte de renom, il réagit : "On a tous ressenti comme une amputation dans la ville (...) Cette épreuve nous montre quelque chose, la solidarité est très grande, l’émotion partagée, on retrouve combien la beauté de l’architecture peut compter dans nos vies à tous". Pour lui, le gothique, dont Notre-Dame est l'un des joyaux, est "cet art de conquérir la hauteur pour faire descendre la lumière du plus haut possible". 

Peut-on rebâtir, et à l’identique? "On peut le faire", explique l'architecte, "on a en France des tailleurs de pierre, des menuisiers des charpentiers, qui sauront faire. Après, on a le fétichisme des vieux bois, des vraies pierres... Au Japon, les temples shintoistes sont reconstruits tous les 50 ans : c’est le concept qui compte, pas la vraie matière".

Ramené à notre condition de "pauvre mortel"

Stéphane Bern, animateur et chargé d'une mission sur la restauration du patrimoine, confiait aussi son émotion : "J’ai pleuré en voyant tomber la flèche, je me sens orphelin ce matin, mais en même temps le coeur à l’ouvrage, l’envie de reconstruire".

Ce qui me fait le plus de peine : penser que je ne la reverrais plus de mon vivant. cela nous ramène à notre condition de pauvre mortel, de la fragilité du patrimoine

"J’espère que je vais revoir la cathédrale, et y célébrer une messe", tempère Mgr Chauvet, "j’ai 67 ans! On avait évalué les travaux de la flèche et les arcs boutants, on avait déjà envisagé 150 millions d'euros."

Comment lever des fonds pour reconstruire Notre-Dame : "C’est beaucoup plus facile pour Notre-Dame" explique Stéphane Bern, "on est déjà à 300 millions d’euros entre Pinault et Arnault, mais les sommes affluent, j’ai plus de mal à sauver nos églises de campagne et notre patrimoine local (...) j’aimerais que tous les Français y participent, selon leurs moyens, l’état c’est nous, les contribuables, il faut arrêter de se mentir."

Aller plus loin

  • Légende du visuel principal: Notre-Dame de Paris © AFP
Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.