Jean-François Sirinelli, historien, professeur émérite d’histoire contemporaine à Sciences Po Paris, auteur de Ce monde que nous avons perdu, Une histoire du vivre-ensemble (Tallandier), est l'invité du Grand entretien de France Inter.

Dans "Ce monde que nous perdu, une histoire du vivre-ensemble ", paru le 8 avril, Jean-François Sirinelli dresse une fresque de la civilisation républicaine, de 1870 à nos jours. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

La civilisation républicaine, explique l'historien, s'appuie sur un certain nombre de piliers. "Il y a une dimension anthropologique, des normes et des valeurs qui ne sont pas innées et que, progressivement, la communauté nationale s'est données". Pour Jean-François Sirinelli, la valeur centrale est l'intérêt général. "À un moment donné, les cultures politiques se sont mises d'accord, ont eu à coeur une ligne d'horizon qu'est l'intérêt général." Il cite également, comme piliers, le sentiment d'appartenance, une langue et une culture.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

L'historien appelle à "sanctuariser l'école", qui représente une double émancipation, sociale et culturelle.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

"La civilisation républicaine se met en place à la fin du XIXe siècle", détaille Jean-François Sirinelli. "Mais elle connaît au lendemain de la Seconde Guerre mondiale un bain de jouvence. Arrive l'État providence. Cette république devient un État social, mais elle est sous tendue par les Trente Glorieuses. Je vous parle d'un temps où la croissance était de 5 ou 6% par an. Cela se termine au début des années 1970. À partir de là, commence un dérèglement lent."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Qu'est-ce qui se dérègle ? "Pour le moment, la République en tant qu'institution tient le coup, y compris dans la crise sanitaire. Il faut probablement chercher dans le socle sociologique."

" Des parties de nos sociétés se détachent du coeur. La crise des 'gilets jaunes' était l'un des signes de ce 'syndrome de la banquise'".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

LREM

L'historien se dit "très troublé" par le groupe LREM. "Au bout de quatre ans, j'ai du mal à définir ce qu'il y a dans la tête d'un député La République en Marche : sa vision de la politique, du passé, du présent, du futur".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Sur l'échiquier politique, où situer le macronisme ? "En 2017, il y a une agrégation du centre droit et du centre gauche. C’est ça, la victoire politique d’Emmanuel Macron", répond Jean-François Sirinelli. "Actuellement, un historien de bonne foi dirait que nous sommes en face d’une politique au moins de centre droit. Pourtant il y a des électeurs de gauche."

Sur l'état actuel de notre société, Jean-François Sirinelli observe : "Nous oscillons entre colère et langueur. La civilisation républicaine, c’est savoir vivre ensemble, savoir être désunis. Ce qui me frappe actuellement, c’est cette inaptitude à être désunis, à gérer ensemble le dissensus sans tomber dans le face à face."

  • Légende du visuel principal: Jean-Francois Sirinelli © AFP / DRFP / Leemage via AFP
Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.