Benoît Hamon est l'invité du Grand Entretien de la matinale de France Inter.

Benoît Hamon
Benoît Hamon © Radio France / Anne Audigier

L'ancien candidat socialiste à la présidentielle, et fondateur du mouvement Génération.s, Benoît Hamon évoque les mesures du gouvernement, quelques jours après l’annonce du plan pauvreté par Emmanuel Macron. L’occasion d’évoquer  « le revenu universel d’activité » : un lien avec « le revenu universel d’existence » qu‘il avait défendu lors de l’élection présidentielle ? 

A huit mois des élections européennes, retour aussi sur ses ambitions et sur l’éventualité d’une liste commune à la gauche en vue du scrutin. 

Sur les suppressions de postes attendues dans l'Éducation Nationale

Benoit Hamon, sur les augmentations de budget dans l'Éducation Nationale alors que 1800 postes seront supprimés en colléges et lycées : "C'est un trompe-l'oeil (...) La vérité c'est que dans certains départements, on n'étudie pas dans des conditions acceptables (...) Considérer qu'il faut tout parier sur les heures supplémentaires, c'est une mauvaise politique."

La France a les journées de classe les plus chargées qui soit dans le primaire : 8100 heures en primaire en France contre 7500 en moyenne dans l'OCDE. Est-ce qu'on a de meilleurs résultats?  Non

Sur la démission de Nicolas Hulot

Benoit Hamon réagit  après la démission de Nicolas Hulot du ministère de la Transition Écologique  : "Ou en est-on de son appel au réveil des consciences? nulle part!   la d'émission de Hulot a-t-elle changé l'attitude de la majorité sur le glyphosate : absolument pas!" 

"Un président ne devrait pas dire ça"

Réagissant à la vidéo d'Emmanuel Macron qui répond à un jeune horticulteur au chômage : "Un président ne devrait pas parler comme ça , il y a une forme de jouissance, de mise en scène du pouvoir qui l'amène à singer la puissance. C'est méprisant et totalement déconnecté de la réalité."  

À propos de l'affaire Benalla : "Que redoute-il tellement pour vouloir que monsieur Benalla ne soit pas entendu par l'enquête parlementaire ?   C'est une conception de la pratique du pouvoir très 'Ancien régime', très 'Ve République'."

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.