Le professeur Didier Pittet, épidémiologiste, président de la mission indépendante nationale sur l’évaluation de la gestion de la crise de la COVID-19 en France, est l'invité du Grand Entretien de France Inter.

Le Pr Didier Pittet, chef du service de contrôle des infections aux Hôpitaux Universitaires de Genève, est aussi le coauteur de "Vaincre les épidémies. De la prise de conscience aux gestes qui sauvent". 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Le professeur semble optimiste pour l'avenir, car il estime que "on peut espérer largement une amélioration de la situation. On est dans une sorte de vigilance armée."

"Si on respecte les consignes sanitaires, on a les capacités de maitriser la situation, variants ou non"

En revanche, il estime que le port du masque pour les jeunes enfants n'apportent rien à la lutte contre la propagation du virus de la Covid-19, car "ils transmettent peu le virus aux adultes".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Désormais, on ne peut plus parler, selon lui, de stratégie de "zéro covid". "On ne peut plus parler de zéro covid car le virus est endémique. Tout le monde va être contact avec ce virus".

"Le virus sera toujours présent dans le monde. Il faut vivre avec le virus"

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Le Vietnam et Taïwan, sont parmi les pays qui ont le mieux gérer la pandémie. "Taiwan a un système de contrôle et prévention des maladies exceptionnels. Ce sont des pays qui ont été confronté au Sras en 2003. Ils ont une culture de la réaction aux épidémies. Ils ont des systèmes qu’on n'accepterait pas chez nous. "

En France, les choses se sont améliorées selon le Pr Pittet. "Le système de santé a magnifiquement réagi et les soutiens économiques sont tout à fait exemplaires. Les choses ont largement changé, la communication s'est améliorée et l’acceptation des mesures est meilleure qu’elle l’était au départ."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Le Pr Pittet estime qu'on va vivre encore "deux mois, un mois et demi", difficiles. "À l’automne il y aura surement d’autres variants, et il faudra passer encore un automne pas encore normal. À l’été 2022 on pourra faire un bilan et là tout ce sera beaucoup plus facile. Mais on retournera au théâtre avant, on n’aura d’autres activités sociales avant."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Le Pr Didier Pittet, qui est aussi l'inventeur du gel hydroalcoolique, a donné la formule à l'OMS, et appelle à les fabricants de vaccin à faire de même. 

"Le vaccin devrait être un bien commun [...] il faudrait que les actionnaires soient d'accord pour avoir moins de dividendes" dit-il, mais il convient, que cette idée, discutée à l'OMS, ne passe pas très bien pour l'instant auprès des fabricants et leurs actionnaires. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

  • Légende du visuel principal: Pr Didier Pittet, épidémiologiste © AFP / Fabrice COFFRINI
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.