L’eurodéputé écologiste Yannick Jadot est l’invité de Nicolas Demorand et Léa Salamé.

Invité du Grand entretien de France Inter ce lundi, Yannick Jadot a plaidé pour la réouverture des parcs dans les départements classés rouge. "On est en manque de nature", a fait valoir l'eurodéputé écologiste, qui observe qu'à Paris, "les personnes sont concentrées là où il y a un petit espace pour prendre le soleil alors que les parcs sont vides"

"On infantilise les Français. Ils sont parfaitement capables de fonctionner dans des jardins, des parcs, des espaces naturels, sans se coller les uns aux autres."

"Fermer ces parcs, c’est organiser le fait que les gens sont concentrés dans des espaces trop restreints", a souligné Yannick Jadot.

Comment redémarrer l'économie ?

Pour l'eurodeputé, la crise doit permettre de favoriser une économie plus verte. "En 2008, on avait mis 35 milliards d’euros de relance. On estime qu’à peine 2 milliards ont été vers des activités permettant de lutter contre le dérèglement climatique".

"On s’est trompé. Ce serait une faute criminelle de relancer l’économie sans sauver l’humanité, sans sauver notre santé, notre climat." 

Il estime qu'il faut de toute évidence sauver Air France KLM, des milliers d'emplois étant en jeu. "Il faut sauver l’aéronautique, mais faut-il le sauver à l’identique ? Pourquoi avoir refusé d’inscrire Air France dans une stratégie forte de neutralité carbone ?", interroge Yannick Jadot. 

Il fustige au passage la centralisation de la gouvernance. "Il est aberrant de prendre aujourd’hui systématiquement les décisions depuis Paris quand elles concernent les territoires". "Avec le confinement, il y a eu beaucoup de télétravail, parfois imposé, mais parfois intéressant dans l’organisation des entreprises. Pourquoi ne pas organiser aujourd’hui à l’échelle des régions des négociations entre les entreprises, les syndicats, les régions, sur notre rapport au travail, notre rapport aux transports, et la protection des salariés, l’émancipation dans le travail ? Ces chantiers sont enthousiasmants et nous projettent dans une société plus sobre".

"Il faut intervenir massivement dans l’économie et la protection des salariés"

Faut-il prolonger le chômage partiel ? "On a des entreprises qui vont mettre énormément de temps à sortir de la crise. Tout donne à penser qu’il va y avoir des milliers de faillites, et beaucoup beaucoup de chômeurs. Il faut intervenir massivement dans l’économie et la protection des salariés. Sur le chômage partiel, évidemment que dans certaines entreprises il faut prolonger ce dispositif."

Certains secteurs risquant de ne pas retrouver leur niveau d'activité d'avant la crise, Yannick Jadot souhaite que ce chômage partiel puisse être transformé en "revenu de transition", avec "un plan massif de formation vers les nouveaux métiers dont nous avons besoin". Il cite l'exemple du BTP, où il est "triste de constater qu’on ne met pas le paquet sur la rénovation thermique ni sur la formation des artisans". 

Interrogé sur un rétablissement de l'ISF, Yannick Jadot répond : "C’est un symbole, mais 3 ou 4 milliards, ce n'est pas rien. Nous n’échapperons pas à nous engager dans une réduction massive des inégalités, dont notre pays souffre terriblement"

"Il faut remettre de la progressivité, une tranche sur les plus hauts revenus. Il faut que ceux qui ont le plus de moyens, de patrimoine, de revenus, contribuent à un partage juste des richesses."

Yannick Jadot déclare que sa seule ambition est de "mettre l’écologie au coeur de l’action publique, du paysage politique". "J’en ai ras le bol de cette injonction à positionner l’écologie par rapport au paysage politique du 20e siècle. Tous les matins on a droit à 'est-ce que l’écologie est à gauche, trop à gauche, pas assez à gauche'... La politique aujourd’hui c’est la génération climat."

Sur le second tour des municipales, il estime qu'il va bien falloir "clôturer" le scrutin, à condition que les règles sanitaires soient garanties. "Plein d’entreprises attendent d’avoir des exécutifs en place parce que toute la commande publique est bloquée aujourd’hui", rappelle-t-il. 

  • Légende du visuel principal: Yannick Jadot © Radio France / Anne Audigier
Les invités
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.