Jean-Pierre Filiu, historien, spécialiste de la Syrie, professeur à Sciences-Po, auteur de "Le miroir de Damas" (La Découverte) et Raphaël Pitti, médecin humanitaire, spécialiste de la médecine de guerre, sont les invités du Grand entretien de France Inter.

Raphaël Pitti (à gauche) et Jean-Pierre Filiu (à droite)
Raphaël Pitti (à gauche) et Jean-Pierre Filiu (à droite) © Radio France / France Inter

"La Syrie doit être considérée comme un camp de concentration, pour l’ensemble de la population, sur l’ensemble du territoire" estime Raphaël Pitti, médecin intervenant sur place au nom de l'ONG, UOSSM, Union des Organisations de Secours et Soins Médicaux. Le pays est détruit à 80%, et "la pénurie est extrême. C’est une misère très profonde, il y aura surement de la famine dans quelques mois si les récoltes ne sont pas assez bonnes"

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Raphaël Pitti, qui travaille sur place, se dit dans un état d’indignation profonde, "je suis profondément en colère, ça me donne une ressource pour me battre".

Il lance un cri d'alarme, "il est indispensable d’ouvrir les couleurs humanitaires ."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Raphaël Pitti signale le manque d'argent des organisations et appelle aux dons pour aider les ONG sur place, par le biais de l'UOSSM, l'Union des Organisations de Secours et Soins Médicaux. 

"Ce qui se passe en Syrie ne peut pas rester en Syrie"

Jean-Pierre Filiu rappelle les responsabilités politiques des pays occidentaux. "Ce qui se passe en Syrie ne peut pas rester en Syrie" estimant que "les soi-disants réalistes ont abandonné la Syrie et on a eu les attentas en 2015".

Quant à la situation du pays en tant que telle, "il faut comprendre que ce désastre est le résultat d’une politique, ce n’est pas une catastrophe politique" explique-t-il.

Il revient sur la politique de Bachar el-Assad, à la tête du pays, et rappelle que "le régime de Bachar a tué 20 fois plus d'enfants que Daech. Pour Bachar, règner sur un champ de ruines lui importe peu, il a survécu et c’est tout ce qui compte pour lui"

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Évoquant la prochaine élection, Jean-Pierre Filiu estime que ce  sera “un rite de soumission collective”.

Pour les 10 ans de la révolution syrienne, plusieurs évènements.

- La publication d’un livre « Tous témoins »( Actes Sud)  autour des dessins de Najah Albukai  sur ses mois de détention et torture dans les prisons syriennes

- Exposition de Najah Albukai à la Galerie «  Fait et cause » à Paris  

- Le 20 Mars à 19h, à la Maison de la poésie,  Nancy Huston, Laurent Gaudé, Philipppe Claudel, Jérôme Godeau, et Wajdi Mouawad liront leurs textes en une soirée mise en scène par Wajdi Mouawad,  entourés par les musique de Dominique Mahut (percussions), Nancy Huston (Piano), Najah Albukai  (Oud et guitare) avec la participation exceptionnelle  de  Bernard Lavilliers : Et si l’espoir revenait …

En direct sur Facebook et  la chaine Youtube  de la Maison de la poésie,  sur les réseaux du MUCEM et de l'Institut du Monde Arabe 

Avec Amnesty International et Souria Hourda

Les invités
L'équipe