Le député LFI du Nord Adrien Quatennens est l'invité du Grand entretien de France Inter. Il évoque les universités d'été de la France insoumise, où des personnalités de tous bords politiques sont invitées, la crise post-Covid et les propositions de son mouvement pour y faire face.

Adrien Quatennens, à Paris, le 27 mai.
Adrien Quatennens, à Paris, le 27 mai. © AFP / Ludovic Marin

Comme beaucoup d'autres, Adrien Quatennens observe ce qui se passe au Mali depuis 24 heures. "La solution au Mali n'est pas militaire mais politique. Le peuple malien est mobilisé pour sa souveraineté [...] Au Mali comme ailleurs, il faut laisser le peuple faire."

Côté français, pour la quatrième fois, la France Insoumise lance ses AMFiS, des universités d'été où sont invités des personnalités d'autres bords politiques. Pour Adrien Quatennens, c'est une démonstration de la bonne volonté de son mouvement au sein de la gauche. "On dit souvent que la France Insoumise aurait un problème avec le fait de fédérer, l'unité, mais en réalité nous posons beaucoup d'actes depuis longtemps pour cela. Même des adversaires politiques sont invités ! Cela fait deux ans que Jean-Luc Mélenchon avait formulé la proposition de la fédération populaire, fédérer autour d'un programme des partis, des associations, des syndicats pour atteindre des objectifs politiques."

Jean-Luc Mélenchon, justement, sera-t-il candidat en 2022 ? "La décision lui appartient, moi je souhaite qu'il soit candidat", assure Adrien Quatennens. "Mais ce qu'il faut voir surtout c'est la situation inédite dans laquelle se trouve notre pays. Il faut opérer une grande bifurcation, et le gouvernement n'y est pas prêt et ne le souhaite pas. En France comme ailleurs, c'est le peuple qui sera la solution."

Il balaye également l'accusation récurrente, rappelée par un auditeur, d'un mouvement avec un leader bien trop présent. "Je pense qu'on ne peut plus dire que Jean-Luc Mélenchon est un homme seul,la relève est disponible. Le mouvement La France Insoumise est composé de plus 5.000 structures de base, il y a beaucoup de cadres jeunes dans ce mouvement et plus d'une tête en son sein. Nous faisons une belle équipe, chacun a son rôle à jouer, plus que le casting, c'est bien la question du fond que nous allons défendre."

D'autant que selon le député du Nord, l'Histoire récente donne raison aux Insoumis. "90 % des propositions sorties de la Convention citoyenne pour le climat figurent dans l'Avenir en commun [le programme politique de LFI, NDLR] ! C'est bien la preuve que ce que nous avons fait tient la route. [...] Le programme politique de la France Insoumise est un programme adapté aux enjeux du moment."

Sur la question de la crise post-Covid, justement, Adrien Quatennens s'inquiète du plan de relance proposé par le gouvernement. "Il n'y a aucune contrepartie dans la loi, une nouvelle fois on se  figure qu'il suffirait d'aider financièrement des entreprises pour  relancer l'activité, c'est une erreur." Pour le député du Nord, "il faut une véritable politique planifiée, un vrai plan de relance, et pas cette comédie que nous présente le gouvernement".

Il estime également que "si les masques sont obligatoires, ils doivent être gratuits". "Je voudrais rappeler qu'à l'Assemblée nationale, c'est dès le 12 mai que mon collègue Bastien Lachaud a proposé une loi pour la gratuité des masques."

Seul point positif selon lui, le "bon signal" envoyé par la création d'un Haut Commissaire au Plan : "La nomination de François Bayrou montre que visiblement, Emmanuel Macron accorde de l'importance au rôle qu'il veut lui confier."

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.