Guillaume Peltier, deuxième vice-président des Républicains et député du Loir-et-Cher, est l'invité du grand entretien de Nicolas Demorand à 8h20.

Le président des LR Laurent Wauquiez a limogé, dimanche soir, sa numéro deux: Virginie Calmels. Cette dernière a-t-elle failli à "son devoir de solidarité"? La droite se déchire-t-elle? Quelle est son idéologie? 

Alors que la question des migrants préoccupe les pays européens, Emmanuel Macron se rend en Allemagne. Comment négocier les alliances de cette crise migratoire? La France manque-t-elle à son devoir d'humanité ? Un sondage OpinionWay indique que 56 % des Français estiment que la France a fait le bon choix en n’accueillant pas l’Aquarius.

Sur l'éviction de Virginie Calmels, Guillaume Peltier explique : "La ligne de Laurent Wauquiez a reçu l'adhésion des militants (...) On ne peut pas tirer contre son camp et son parti, dont on est l'un des responsables". Quand au tract qui a mis le feu aux poudres, le même à propos duquel Virginie Calmels expliquait qu'elle ne l'aurait cautionné : 

L'écume des jours n'interdira pas la promesse de l'aube, et cet épisode n'empêchera pas la droite de se refonder

"J'incarne l'aile sociale et populaire de la droite française" affirme Guillaume Peltier qui affirme vouloir incarner "le travaillisme à la française."

Sur la crise migratoire, et sur les suites de l'épisode de l'Aquarius, le député du Loir-et-Cher explique : "On a tellement abandonné l'Italie qu'il n'était pas illégitime que l'Italie lance l'appel au secours (...) L'honneur de l'Europe sera d'inventer le développement de l'Afrique de demain". Guillaume Peltier insiste et propose à nouveau la solution d'un grand plan Marshall pour l'Afrique, une idée déjà évoquée lors de son précédent passage à France Inter.

A propos de la loi Pacte nouvellement instaurée par le ministre de l'Économie Bruno Le Maire, Guillaume Peltier dit qu'il est "pour", mais estime qu'il s'agit d'un "catalogue de mesurettes", et qu'il faut "aller plus loin". Et de proposer une augmentation du smic, "d'au moins 20%".

Sur un désir de sortie de l'Europe, Guillaume Peltier se défend : "Je suis profondemment européen, sortir de l'Europe et de l'euro c'est franchement pas mon truc". Et au lendemain d'une allocution que Laurent Wauquiez tenait devant des militants de Sens Commun, Guillaume Peltier répond :  "Quoi de commun avec Sens Commun ? Tout ce qui relève des questions sociétales fait partie de l'intime...Le grand enjeu c'est de défendre les soins palliatifs [référence à la loi Leonetti-Clays, portée en partie par le remplaçant de Virginie Calmels], plutôt que ces questions-là."

Légende du visuel principal:
Guillaume Peltier © AFP / Eric Feferberg
Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.