Professeure KARINE LACOMBE, cheffe de service des maladies infectieuses de l'Hôpital Saint-Antoine (AP-HP), et Professeur Jean-Michel CONSTANTIN, Chef de service anesthésie-réanimation à l’Hôpital Pitié-Salpêtrière (AP-HP), secrétaire général de la Société Française d’Anesthésie, sont les invités du Grand entretien.

Pour la cheffe de service Karine Lacombe, au vu des dernières annonces du premier Ministre, et des nouvelles règles de confinement pour 16 département, "ce confinement lui seul ne permettrait pas de juguler l’épidémie, mais il y a la promesse du vaccin et ça va tout changer".

"Si on avait pris des mesures fin janvier, on serait probablement en train de rouvrir", signale-t-elle toutefois. Elle pense "très sérieusement que c'est le dernier confinement".  Le professeur Constantin ajoute "qu'on est en droit de l'espérer".

Pour le professeur Constantin, "c’est relativement intelligent et adapté. Sur un point de vue purement hospitalier un confinement dur aurait été plus intéressant, mais si on veut que ce soit respecté le compromis est assez intelligent". Pour lui, "c’est un vrai appel à la responsabilité de tout le monde, et à l'ensemble des autres départements". 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Il s'attend à deux semaines sous très haute tension dans les hôpitaux et signale que les déprogrammations d'opérations non urgentes, n'est pas un système satisfaisant. "Les déprogrammations, on s’est rendu compte, que ce n’est pas récupéré".

Il faut compter quatre à six semaines pour voir les effets des ces nouvelles restrictions. "L’épidémie n’est pas hors de contrôle, mais il était franchement temps de freiner sa progression" pour Karine Lacombe.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

On peut être tout à fait rassuré au sujet de l'AstraZeneca selon les deux invités.  "Le bénéfice est largement supérieur au risque encouru" explique Karine Lacombe. Pour autant être vacciné n'exclut pas de respecter les mesures de confinement, car "c'est une mesure de santé publique", explique Karine Lacombe.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

  • Légende du visuel principal: Professeur Jean-Michel Constantin et Professeure Karine Lacombe © Radio France / .
Les invités
  • Karine LacombeInfectiologue et cheffe de service à l'hôpital Saint-Antoine à Paris
  • Jean-Michel ConstantinChef de service anesthésie-réanimation à l’Hôpital Pitié-Salpêtrière (AP-HP). Secrétaire général de la Société Française d’Anesthésie et Réanimation (SFAR)
L'équipe