Yannick Jadot, député européen EELV est l'invité de Nicolas Demorand à 8h20.

Yannick Jadot réagit au rapport du conseil des prélèvements obligatoires qui relance le débat sur la taxe carbone. Depuis plus de 10 ans, on débat de cette taxe, explique-t-il, "et nous disons que chaque euro prélevé doit être rendus aux plus modestes". Pour lui, cette taxe, est envisageable uniquement si les plus modestes ne sont pas concernés. "Ce gouvernement a mis en place un comité citoyen pour travailler à l’acceptabilité des mesures qu’on doit prendre pour  l’écologie. Qu’il le laisse travailler!"

Pour le député européen, ce gouvernement refuse une évolution nécessaire qui a eu lieu dans d’autres pays. "À part les slogans, à part les discours, sur l’écologie, il refuse d’agir."

Sur les "décrocheurs"

Pour Yannick Jadot, l’évolution du droit se fait avec l’évolution de la société. Il prend l'exemple des militants des années 2000 sur les OGM. "Si on n’a pas d’OGM dans ce pays c’est parce que des militants sont allés les arracher". Il se réjouit du fait que des militants, des scientifiques agissent aujourd’hui. 

Il rappelle que l'État est devant la cour de justice européenne pour inaction face à la pollution de l'air. "La justice fait son travail". La responsabilité d'Emmanuel Macron, ce n’est pas simplement de faire des discours mais aussi d’agir, dit-il.

Sur l’immigration

Yannick Jadot considère le débat légitime, "quand on a ces images de personnes qui vivent dans une inhumanité incroyable". Mais le député européen regrette qu'on ne réponde pas aux urgences de ces situations. Il faut, selon lui, dire comment on loge ceux qui sont dans la rue, "comment on valorise les incroyables réussites de l'immigration parce que, globalement, ça se passe drôlement bien."

Emmanuel Macron fait, aux yeux du leader écologiste, "du mépris de classe" et ne s'attaque ni aux fractures sociales et économiques, ni aux fractures territoriales. "Macron fait du Sarkozy, c’est triste."

Sur l'EPR

"C'est une faillite industrielle et financière de l’industrie nucléaire. Ça fout la trouille", explique t-il. Il faut d'après lui, investir massivement dans les énergies renouvelables. 

  • Légende du visuel principal: Yannick Jadot © Radio France / Antoine Vandeville
Les invités
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.