Amélie de Montchalin, ministre de la Transformation et de la Fonction publiques, est l'invitée du Grand entretien de France Inter.

Plan de relance européen

"Il y a eu, je crois, cette nuit des discussions très dures (...) On a des signaux qui montrent que si on continue, c'est parce qu'on a l'espoir de pouvoir conclure positivement", a déclaré Amélie de Montchalin, ministre de la Transformation et de la Fonction publiques et ancienne secrétaire d’État chargé des Affaires européennes. Les 27 chefs d'Etat et de gouvernement, réunis en sommet, multiplient les échanges depuis vendredi pour trouver un accord sur un vaste plan de relance européen en raison de la crise du coronavirus. Ils doivent se retrouver pour une nouvelle session plénière à 16 heures ce lundi : "On fait ça parce qu'on est totalement convaincus qu'aucun pays ne peut redémarrer si ses voisins ne redémarrent pas parce que nos économies sont extrêmement liées".

"Je peux vous dire que tous les pays ont besoin de l'argent, pas juste pour l'argent, mais pour la coordination que cela crée entre nous", a-t-elle estimé.     

"Aller voir partout en France où ça bloque"  

"Il y a au coeur de notre pays une immense défiance" estime la ministre de la Fonction Publique qui explique la clé de sa mission : "Mon job, c'est d'aller voir partout en France où est ce que ça bloque. Mon rôle, c'est de débloquer, répondre à cette défiance qui alimente les extrêmes dans notre pays".

Par exemple, la ministre explique comment concrétiser l'application, dans tout le territoire, des mesures sur la rénovation énergétique : "On va essayer de faire le bon diagnostic. Les agents publics sont les premières victimes de la bureaucratisation".

Quelles mesures pour la Fonction Publique ?

La ministre explique l'étendue de sa mission de transformation de la Fonction publique: "Redonner des marges de manoeuvre à chacun, là où il est".

"La priorité de l'année qui vient, c'est d'apporter de la puissance publique. Les créations de poste en 2021 se feront dans les territoires, pas dans les administrations centrales" explique-t-elle, en détaillant : "Au lieu d'avoir des gens dans les ministères, on peut remettre des gens dans les préfectures de France

Pour sa mission de transformation, Amélie de Montchalin s'apprête aussi à recueillir la parole de chaque agent de la fonction publique, à travers l'organisation d'une grande consultation : 

Expliquant avoir "initié depuis 15 jours un dialogue avec les organisations syndicales", la ministre évoque aussi un nouveau rendez-vous de discussions ce vendredi, avec un objectif, "rendre les métiers de la fonction publique attractifs". Pour cela, elle confirme aussi le maintien des concours d'entrée de la Fonction Publique : "Le concours a un bénéfice : il est profondément méritocratique".

Darmanin au gouvernement

Sur la présence de Gréald Darmanin, promu au ministère de l'Intérieur, et alors que cette nomination d'un ministre visé par une plainte pour viol soulève la colère des associations de défense des droits des femmes : "Ce qui me pose un souci, c'est qu'on remette en cause la présomption d'innocence", affirme celle qui évolue désormais au sein de la même équipe gouvernementale. 

  • Légende du visuel principal: Amélie de Montchalin, Ministre de la Transformation et de la Fonction publiques © AFP / Eric PIERMONT / AFP
Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.