Un an après l'installation de la majorité présidentielle et dans un contexte de crise européenne, le délégué général de LREM est l'invité de Nicolas Demorand à 8h20.

Rythme des réformes, orientations sociales, recomposition politique, quel bilan pour la macronie ? Comment éviter une fragmentation de l'Europe face au défi migratoire ? 

Budget 2019

"Aucun ministère ne vit au dessus de ses moyens. Mais on veut tout réexaminer. Justice, défense, sécurité sont nos trois ministères prioritaires. L'exemple du ministre de l'Emploi, avec la baisse du chômage, il doit permettre de dégager des moyens. L’administration doit faire des efforts. En formant et en numérisant, on peut faire des économies."

"La promesse du président Macron est de réaliser 60 milliards d’euros d'économies sur les dépenses publiques d’ici à la fin du quinquennat."

Aides sociales

"Elles sont nécessaires, mais ce système enferme parfois ceux qui en bénéficient. Il faut les émanciper. Il faut analyser aide par aide. Il y a des aides qui empêchent d’aller vers l’emploi. Les APL par exemple, contribuent à faire augmenter les loyers en France."

Privatisation

"Sur l’automobile, on peut réfléchir à diminuer la participation de l’État dans ces entreprises. Une partie de ces cessions doit financer cette dette."

SNCF

"Depuis de longues semaines, la CGT s’est opposée de façon systématique. Ils ont une dette vis-à-vis des français. Je demande à la CGT de prendre ses responsabilités."

Sondage raciste 

"Ces formulations ne sont pas les nôtres. Terra nova a repris des questions utilisées par le journal Le Monde ou par le Parti socialiste. C’est une instrumentalisation. Il n’y a aucun racisme, c’est une enquête scientifique."

Italie

"Salvini est tendance en ce moment en Italie. Le populisme monte partout. Il y a un an la France était menacée aussi. Il y a au sein de Europe des dirigeants racistes ou homophobes mais c'est le choix du peuple italien."

Migrants

"Aquarius, il ne fallait pas céder à l'émotion. Cela donnait raison à Salvini. La question migratoire a baissé en Italie. C’est à l’Italie d’accueillir les quatre prochains bateaux." 

Vitesse à 80 km/h

"La Creuse refuse de changer les panneaux. C’est populiste aussi. C’est une mesure impopulaire mais nous l’assumons."

La fatigue des Parlementaires

"Les week-ends, certains députés sont mobilisés. Il faut juste organiser mieux notre travail au Parlement. Ces lois sont des lois annoncées par Emmanuel Macron, notre boulot est de les mettre en œuvre."

"Nous n’avons jamais utilisé le terme de "nouveau monde". Giscard a fait beaucoup de social et aussi de l’émancipation. Le macronisme, c’est à la fois du giscardisme mais aussi des gens comme moi qui ont passé trente ans au Parti socialiste."

"Il y a des avis divergents chez les marcheurs et je n’entends sanctionner personne." 

Légende du visuel principal:
Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement Edouard Philippe © Radio France / capture d'écran
Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.