Virginie Calmels, première adjointe à la mairie de Bordeaux et vice-présidente du parti « Les Républicains », est l'invitée de Nicolas Demorand à 8h20.

Virginie Calmels, première adjointe à la mairie de Bordeaux et vice-présidente du parti « Les Républicains », répond aux questions de Nicolas Demorand sur l'affaire du financement libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. 

La garde à vue de l'ancien chef de l'Etat Nicolas Sarkozy a repris mercredi matin, dans l'enquête sur des soupçons de financement par la Libye de Mouammar Kadhafi de sa campagne présidentielle de 2007 L'ex-président de la République est arrivé peu avant 8H00 dans les locaux de l'office anti-corruption à Nanterre près de Paris. Mardi, son audition débutée dans la matinée avait été interrompue vers minuit.

Viriginie Calmels assure Nicolas Sarkozy de l'amitié de sa famille politique, estime que c'est "un justiciable comme un autre", mais qui doit être traité avec respect, en tant qu'ancien présidente de la République. "on n'a pas à faire à un  individu dangereux, ou qui risque de fuir". 

Demain, la grève

La vice-présidente du parti « Les Républicains » estime que le gouvernement ne règle pas les problèmes sociaux sur le fond. "Sur la SNCF , je suis favorable à un changement des statuts des cheminots, pour autant on risque de bloquer le pays sans traiter le problème sur le fond. C’est une réforme d’actionnaire et de gestionnaire". 

Viriginie Calmels estiment que le gouvernement a cherché à ponctionner les retraités, car il maintient des dépenses publiques, donc il est contraint de créer des "impôts" pour les financer. 

Il faut arrêter assommer les retraités et les gens qui travaillent. On voit poindre des reculades du gouvernement. Cela ne me rassure pas, car il n’y a pas de vision,  pas d'ambition de baisser les charges et de libérer les gens qui travaillent du joug de impôt. 

Les Européennes ? 

Virginie Calmels dont le nom est régulièrement cité depuis plusieurs semaines comme tête de liste pour les élections européennes, ne se prononce pas pour l'instant. 

iPar rapport au Front National, elle exprime à nouveau son désir de mettre une cloison étanche entre Les Républicains et le parti d'extrême-droite. Néanmoins, selon elle, on" hystérise" le débat dès que la droite s'empare des sujets qui fâchent. 

Une amende contre les outrages sexistes

Virginie Calmels estime que l'amende contre les outrages sexistes sera inapplicable.

C’est de la communication, on confond tout

Selon elle, sont mis sur le même plan les violences contre les femmes, qui fait partie des sujets majeurs, et de l’autre, "on est dans la communication et de l’anecdote". "Légiférer avec une amende à 90 euros, pour avoir été sifflée dans la rue, c’est pas le sujet", poursuit-elle. Si c’est la dissuasion c’est bien, mais bon, il ne faut pas sombrer dans le puritanisme. Traitons les vrais problèmes.  90% des viols sont déclassés en délit et non plus en crime. 

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.