François de Rugy, ministre de la Transition écologique et solidaire est l'invité de la matinale de France Inter.

Gilets jaunes

François de Rugy estime qu'il faut faire "attention à ce mode d'action qui présente un risque et un danger particulier". Face à la proposition de Laurent Berger (CFDT) d'organiser un Grenelle de "la conversion écologique", en reprochant au gouvernement d'écouter "de moins en moins", François de Rugy répond que "C’est intéressant que la CFDT soit prête à accompagner la transition écologique" et qu'il "faut trouver des réponses adaptées. Il y a des formes à inventer y compris pour les citoyens". 

Il a été décidé que les recettes de la taxe écologique iraient renflouer les caisses de l'état, "c'est parce que le financement des énergies renouvelables a été moins coûteux que prévu", dit le ministre, mais c'est vrai que "nous ne sommes pas bons dans la présentation de nos données budgétaires". 

Des ONG comme WWF et le Réseau Action Climat, avec plusieurs associations représentant municipalités et collectivités (Association des maires de France, Régions de France etc) ont démandé que "les recettes de la fiscalité écologique soient consacrées à la transition écologique", alors que la taxe carbone doit représenter 15 milliards d'euros de recettes en 2022. 

Dérèglemement climatique

Que répondre à ceux qui disent que l'on court à la catastrophe, et que les petits pas ne seront pas suffisants? 

Que penser de l'action en justice, contre l'Etat du maire de Grande-Synthe. Le maire écologiste de Grande-Synthe, Damien Carême, a engagé un recours gracieux auprès de l'État pour "inaction en matière de lutte contre le changement climatique". 

Ce recours gracieux a été déposé auprès du ministre de la Transition écologique, du Premier ministre et du Président de la République "pour que la France mette enfin en place les politiques nécessaires pour respecter les engagements que nous avons pris, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui".

Nicolas Hulot et la taxe carbone

Nicolas Hulot ancien ministre de la transition écologique interviendra dans le débat public ce jeudi à la télévision. 

La taxe carbone, conçue par le gouvernement comme un  "un instrument pour se libérer de la dépendance aux énergies fossiles", a été portée par Nicolas Hulot. 

Le nucléaire

Le gouvernement doit arbitrer la semaine prochaine entre trois scénarios de réduction de la part du nucléaire dans l'énergie et du développement des énergies renouvelables. Des scénarios plus ou moins ambitieux et plus ou moins complaisants pour EDF.

Le premier scénario, le plus ambitieux, est signé "MTES", des initiales du ministère de la Transition écologique et solidaire, occupé par Nicolas Hulot et, depuis septembre, par François de Rugy. Il atteint les 50 % d'électricité nucléaire en 2035, avec 40 % d'électricité renouvelable dès 2030 (contre 71,6% et 17,6% respectivement en 2017).

Légende du visuel principal:
François de Rugy © AFP / Eric FEFERBERG
Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.