Gabriel Attal, porte-parole du Gouvernement, est l'invité du Grand entretien de France Inter.

Gabriel Attal fait un point sur la situation de la pandémie de Covid en France. "Le R était à 3 en mars, et aujourd’hui il est au-dessus de 1. Donc il y a une marge pour que les Français réduisent la progression de l’épidémie.  Il faut un effort supplémentaire pour descendre sous le niveau 1"

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Le porte-parole du gouvernement explique qu'il s'agit de mettre en œuvre des mesures "localisées", "acceptées par les gens et perçues comme légitimes".

Restent l'engorgement des laboratoires débordés par les tests Covid, et la lenteur d'arrivée des résultats des tests. 

Gabriel Attal explique qu' "on a réussi à développer la capacité de tests en faisant 1 200 000 personnes testées par semaine". Il convient toutefois que ça ne fonctionne pas correctement, "donc on va prioriser les tests, pour ceux qui ont des prescriptions médicales, pour les cas contacts et les personnels soignants".

"L’objectif c’est le résultat en 48h"

"Les tests antigéniques seront déployés à partir du mois d’octobre, 5 millions pour la France", annonce Gabriel Attal.

Les règles s'assouplissent par ailleurs pour les établissements scolaires. Il faut trois cas positifs pour fermer la classe désormais, car les jeunes enfants sont peu contaminants, et dans le secondaire les élèves portent un masque.  "On a un avis de la Haute Autorité de santé, un avis scientifique qui permet de montrer que les enfants, non seulement, font très peu de formes graves [de la maladie] voire pas du tout, et ensuite, sont très peu contaminants".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

L'avenir le LREM

Le numéro deux de LREM Pierre Person a annoncé lundi matin démissionner de ses fonctions, accusant le parti présidentiel de ne plus "produire des idées neuves", et appelant les membres de la direction à faire de même pour créer "un électrochoc".
Il quitte donc son poste de délégué général adjoint et en ne siégeant plus au bureau exécutif. 

Gabriel Attal rappelle "on est un jeune parti né en 2016. Il faut qu’on arrive à réussir notre ancrage local et un mode d’organisation interne qui permet à chacun de produire des idées". 

"Il faut entendre le constat qu’il fait". 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Xavier Bertrand, ancien ministre, qui a quitté Les Républicains, et désormais président des Hauts de France, annonce sa candidature à l'élection présidentielle. Gabriel Attal commente cette annonce en rappelant qu' "il y a un an sur un plateau télé avec Xavier Bertrand il a annoncé sa candidature à la présidence. Il y a 6 mois dans un hebdomadaire, cet été dans Corse Matin, il annonçait sa candidature en exclusivité, hier dans le Parisien, il nous fait les cinquante nuances de candidatures à la présidentielle" et botte en touche en déclarant "pour moi et le Président, aujourd'hui  la présidentielle ce n'est pas le sujet du moment". 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

5G, taxe carbone dans l'aviation

Pas d'annonce de moratoire sur la 5G dans les réponses de Gabriel Attal, car dit-il "la stratégie 5G de la France a été présentée en 2018. Un rapport a été remis la semaine dernière. Le moratoire a déjà eu lieu en France." estime-t-il, car "la 5G se déploie partout autour de nous, et la France est une îlot sans 5G."

Quant à une taxe carbone pour les compagnies d'aviation proposée par la Convention citoyenne, il dit que _"_ma conviction personnelle c’est que quand cette proposition a été faite, on n'était pas dans la situation où on est aujourd’hui" et interroge sur le fait de "mettre la tête encore plus sous l’eau" à un secteur qui l’est déjà . 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

  • Légende du visuel principal: Gabriel Attal dans les studios de France Inter le 12 juillet 2019 © Radio France /
Les invités
  • Gabriel AttalSecrétaire d'État auprès du Premier ministre, Porte-parole du gouvernement
L'équipe