Bruno Retailleau, président du groupe LR au Sénat, est l'invité du grand entretien de Nicolas Demorand et Léa Salamé à 8h20.

L’objectif d'un début de déconfinement le 11 mai est-il tenable ? "Il me semble tenable si on a une vraie stratégie, or aujourd’hui nous n’avons pas cette stratégie et nous ne sommes pas prêts", regrette Bruno Retailleau. "Nous serons sans doute en Europe parmi les pays qui feront le déconfinement dans la troisième vague. Nous ne serons pas prêts parce que le gouvernement n’a pas encore compris quelle est la nature de cette pandémie : si on veut lutter efficacement, sortir du confinement, il nous faut une stratégie autrement plus offensive."

Il estime qu'on n'a "pas le temps, c’est une course contre la montre : il faut faire ce que beaucoup d’autres pays, pas seulement asiatiques mais européens, ont fait pour casser les reins de cette pandémie". Il cite deux éléments essentiels selon lui pour résoudre cette crise sanitaire : "dépister très largement pour isoler les malades (on aurait pu le faire, réquisitionner les hôtels, bien avant le déconfinement), et ensuite généraliser le masque".

"Les bras me sont tombés dimanche lorsque j’ai entendu la conférence de presse dimanche. On a dit à la fois qu’il n’y avait pas de consensus scientifique sur les masques, et en même temps on nous dit qu’ils seront obligatoires dans les transports en commun. On voit bien que c’est par la respiration, par l’inhalation que la maladie se transmet ! Le gouvernement a une stratégie purement défensive, c’est le confinement, or il fallait une stratégie beaucoup plus offensive, celle qui fonctionne dans tous les pays d’Asie et d’Europe qui l’ont pratiquée." Dont la plupart ont aussi pratiqué le confinement (parfois plus strict encore), par ailleurs, certes accompagné de larges campagnes de tests.

Une reprise progressive et pas "jacobine"

"On doit pouvoir reprendre l’école progressivement", reconnaît le président du groupe LR au Sénat. "Mais la proposition de Jean-Michel Blanquer, c’est l’illustration parfaite d’un État jacobin : cette mesure doit être territorialisée, or le ministre de Paris a donné ses consignes sans aucune consultation, ni de l’association des maires pour l’école primaire, ni des départements pour les collèges, ni les régions pour les lycées. Or les collectivités vont être en première ligne. Là encore, il n’y a pas de stratégie sanitaire : il aurait fallu ouvrir les écoles non pas en fonction des niveaux, mais des régions, de la circulation du virus. Il y en a où ça peut être dangereux, d’autres moins."

Il pense également que l'économie doit reprendre coûte que coûte. "Je pense qu’avec des mesures barrières, en adaptant les salles de restaurants par exemple, il est tout à fait possible d’avoir une reprise d’activité dans quelques semaines. Tant qu’on n,'aura pas le vaccin, nous serons contraints de vivre avec le virus, on ne peut pas bloquer toutes les activités humaines. Un état économique comme on l’a avec une chute brutale de l’activité dégrade aussi l’état sanitaire. Il y a -40 % de consultations chez les généralistes, -50 % chez les spécialistes. Des malades atteints d’affection de longue durée ne vont plus à l’hôpital. Tout est lié : l’état de l’économie retentit sur l’état sanitaire d’une société."

"La destruction de richesses va durer"

Votera-t-il le nouveau budget rectificatif et qu'en pense-t-il ? "Il prend la mesure des dégâts économiques, c’est tout simplement astronomique, je pense qu’à la fin de l’année on sera à -10 % de croissance, sans doute 10 % de déficit. On perd environ 2 milliards par jour. Cette destruction de richesses va durer : je ne pense pas qu’on retrouve le niveau de richesses actuel avant au moins dix ans. Je pense que ce budget, nous pourrons le voter, mais nous avons commencé à l’amender."

Y a-t-il des raisons d'être optimiste sur la sortie de crise ? "Ce qui me semble optimiste, c’est le raisonnement météorologique, qui consiste à dire 'aujourd’hui, il y a un orage sur le monde, dès que ces nuages noirs seront dissipés la croissance reviendra'", raille Bruno Retailleau. "Non, la croissance il va falloir aller la chercher. Comme la France a mal géré cette crise sanitaire nous allons déconfiner très tardivement, car d’autres pays européens auront pris des marchés parce que nos entreprises ne seront pas relancées. Il faudra donc produire un effort conséquent pour que les dettes d’aujourd’hui ne soient pas remboursées par la génération de demain, mais par notre croissance."

"Je pense que la durée hebdomadaire n’est plus le bon pas de temps pour le temps de travail"

Cet effort, il l'assume, il devra porter sur les travailleurs. "Il faudra accepter de se retrousser les manches pour pouvoir gagner plus, travailler plus. Ça veut dire sortir du mensonge asséné aux Français depuis des années, en leur faisant croire qu’en travaillant toujours moins, on pouvait garder des services publics de très grande qualité, et qu’on pouvait améliorer son niveau de vie. Je pense que la durée hebdomadaire n’est plus le bon pas de temps pour le temps de travail, et que pendant une année il faudra accepter de travailler jusqu’à 37 heures par semaine, aux alentours de 1.700 heures à l’année, avec un quota d’heures supplémentaires autour de 300 heures."

Pour lui il faudra aussi faire des économies, pour améliorer les services publics, même si cela semble contre-intuitif. "Regardez l’Allemagne. Si les personnels soignants sont sous-équipés, c’est parce que nous, on est surendettés ! Si l’hôpital va mal, c’est parce qu’on a un problème, on a 33 % de personnels qui ne sont pas des soignants mais des personnels administratifs, contre 25 % en Allemagne. En Allemagne, une infirmière est rémunérée 25 % de plus qu’en France. L’austérité, c’est chez nous !"

  • Légende du visuel principal: Bruno Retailleau © AFP / Ludovic Marin
Les invités
  • Bruno Retailleauchef de file des sénateurs Les Républicains, président de la région Pays de La Loire
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.