"L’écologie ça ne peut pas être qu’un discours, une promesse, un opportunisme électoral quelques heures avant une élection" a estimé Yannick Jadot, tête de liste EELV aux élections européennes, invité mercredi matin de France Inter qui estime qu'avec Emmanuel Macron "l'écologie c'est toujours plus tard".

Yannick Jadot
Yannick Jadot © AFP / Anne-Christine Poujoulat

"On a longtemps prêché seul dans le désert. Aujourd'hui, tout le monde parle [d'écologie], c’est aussi notre succès" estime Yannick Jadot, invité de France Inter mercredi matin. "Mais l’écologie ça ne peut pas être qu’un discours, une promesse, un opportunisme électoral quelques heures avant une élection" assène la tête de liste Europe écologie-Les Verts aux élections européennes du 23 au 26 mai 2019.  Il estime qu'Emmanuel Macron et la liste Renaissance jouent en effet la carte de "l'opportunisme" électoral : avec le chef de l'État, "l'écologie c'est toujours plus tard. Quand il s'agit de réduire l'ISF, c'est immédiat".  

Yannick Jadot estime que la "seule promesse" qu'Emmanuel Macron "ait tenu" est "la division par deux du prix du permis de chasse". Il juge également sévèrement son ancien camarade Daniel Cohn-Bendit qui a, selon lui, "du mal à masquer les renoncements d’Emmanuel Macron" : "Écoutez les éléments de langages : ils ne veulent pas sauver le climat, ils veulent faire de l’opportunisme électoral autour de l'écologie". Le candidat EELV estime qu'au contraire, sa liste est composée de "79 combattants qui ont toujours mis leurs convictions avant leurs ambitions".

"Le seul vote efficace pour sauver l'Europe, c'est le vote Europe écologie"

"C'est le groupe Verts au Parlement européen qui gagne toutes les avancées" estime Yannick Jadot, au sujet de l'interdiction de la pêche électrique, la lutte contre l'huile de palme, le soutien aux lanceurs d'alertes, ou encore la protection des données personnelles. "Nous avons une telle urgence en terme de climat, de biodiversité. Ce que nous allons démontrer ces derniers jours c'est que le seul vote efficace pour sauver l'Europe, c'est le vote Europe écologie". La tête de liste EELV estime par ailleurs que si les Verts font un score important en Allemagne, en Belgique, au Luxembourg, aux Pays-Bas et en France, "le centre de gravité politique de l'Europe" peut changer le centre de gravité du Parlement et "redonner du souffle au projet européen". 

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.