A l'occasion du dévoilement de la sélection France Inter/Le Journal du Dimanche pour la rentrée littéraire, Marie Darrieussecq, autrice de « La Mer à l'envers » (P.O.L), et Sylvain Prudhomme, auteur de « Par les routes » (Gallimard), sont les invités du grand entretien du 6/9, au micro de Laetitia Gayet.

Dans son roman La Mer à l'envers, Marie Darrieussecq raconte l'itinéraire d'une femme qui, alors qu'elle effectue une croisière, voit le paquebot sur lequel elle se trouve s'arrêter pour secourir des migrants. "Tout le monde écrit sur les migrants parce que c'est le grand sujet contemporain", constate au micro de France Inter l'autrice de Truisme. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

L'écrivaine a mis cinq ans à écrire La Mer à l'envers. "C'est le livre qui m'a donné le plus de mal. J'étais accaparée par le réel, je ne savais plus qui était le migrant. Ce ne sont pas tous des demandeurs d'asile, des réfugiés économiques, des réfugiés climatiques... On ne sait pas comment les appeler. Et quand on ne sait pas comment appeler un phénomène, c'est la littérature qui doit s'en charger". 

Pour ce roman, Marie Darrieussecq explique s'être rendue à Calais. "J'ai été très touchée par tous ces gens, bénévoles, banals, qui accueillent chez eux des gamins, parce qu’il fait froid dehors qu’il pleut, et qu'il faut qu'ils mangent chaud". Par ses rencontres, elle explique ainsi avoir trouvé les clés de son récit, compris à point accueillir quelqu'un, "c'est quelque chose de très concret".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Dans "Par les routes", Sylvain Prudhomme s'est lui intéressé à la pratique de l'autostop, "un condensé de la vie", explique-t-il. "On monte en voiture avec des gens, on fait un bout de chemin ensemble, ensuite les routes se séparent". Son roman, comme celui de Marie Darrieussecq, aborde la question de l'accueil de l'Autre. "J’avais envie dans mon livre d’avoir des personnages qui n’ont pas peur. La peur est partout dans notre société", dit-il.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

La sélection France Inter/Le Journal du Dimanche

  • Livres français

De pierre et d’os, Bérangère Cournut, Le Tripode
La mer à l’envers, Marie Darrieussecq, P.O.L
Tous les hommes n’habitent pas le même monde de la même façon, Jean-Paul Dubois, L’Olivier
A la demande d’un tiers, Mathilde Forget, Grasset
Par les routes, Sylvain Prudhomme, Gallimard

  • Livres étrangers

Le coeur de l’Angleterre, Jonathan Coe, Gallimard
Dévorer le ciel, Paolo Giordano, Le Seuil
Mon année de repos et de détente, Ottessa Moshfegh, Fayard
Girl, Edna O’ Brien, Sabine Wespieser
Ordesa, Manuel Vilas, Editions du Sous-Sol
 

Liste établie par Anne-Julie Bémont,  Laëtitia Favro, Nicolas Demorand, Marie-Laure Delorme, Ilana Moryoussef, Augustin Trapenard, François Vey.

  • Légende du visuel principal: Livre ouvert © Getty / Jorg Greuel
Les invités
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.