Ce jeudi 23 Juillet 2020, Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, est l'invitée du Grand Entretien.

Réseau 5G et dépense énergétique

"Il n'y a pas de discrimination, on n'a pas changé d'approche sur Huawei" affirme Barbara Pompili à propos du géant de la téléphonie, mais elle précise : "Ce que je veux, c'est que sur les territoires aient d'abord accès à Internet, à la 4G, au téléphone, la fin des zones blanches". 

Sur la 5G et son bilan carbone désastreux, elle temporise : "La peur est mauvaise conseillère, j'attends d'avoir les résultats des analyses ( ...)Il faut plus d'éléments pour décider, plus de débats"

Prime à la conversion automobile

Sur la pollution urbaine, la ministre explique : "La pollution est grave dans certaines agglomérations. On a neuf points noirs sur lesquels on va travailler, des lieux dans lesquels les véhicules très polluants ne pourront pas entrer."

"On va revoir les critères à partir d’août 2020" pour les primes à la conversion, pour remplacer un véhicule", a annoncé la ministre de la Transition écologique. "Et je crois que je vais resserrer les critères sur les véhicules les moins polluants", a-t-elle ajouté sans plus de précisions : "Ce serait bien si on ne pouvait plus mettre de diesel, par exemple. Mais ce n'est pas encore arbitré".

En mai dernier, Emmanuel Macron a annoncé un vaste plan de soutien à l'industrie automobile, avec notamment un renforcement et une simplification de la prime à la conversion. Lancé le 1er juin 2020, le dispositif, sous conditions de revenus, prévoit une prime pour l'achat d'un véhicule en échange de la mise au rebut d'un véhicule ancien. 

La ministre dit aussi vouloir mettre l"accent sur les transports publics et promet des "investissements massifs sur le ferroviaire": 

"Avec Bruno Le Maire, on s'est battu pour avoir 30 milliards dans le plan de relance, un tiers, pour la transition écologique"

Flamanville, gabegie nucléaire

Concernant la politique de sortie du nucléaire menée par le gouvernement, la nouvelle ministre de la Transition écologique, militante anti-nucléaire qui confirme sa position, estime que "L'EPR de Flamanville a été une gabegie" dont "le coût a été multiplié par quatre".

La Cour des comptes a publié, le jeudi 9 juillet 2020, un rapport pointant des "dérives de coûts et de délais considérables" sur le chantier du réacteur de Flamanville (Manche), dont la mise en service n'interviendra que "mi-2023" au plus tôt.

"Nous avons pris un engagement, c'est de baisser la part du nucléaire à 50% d'ici 2035 et ensuite il faudra faire un choix après 2035, soit on continue d'avoir une bonne part de nucléaire, soit on baisse le nucléaire pour arriver à 100% renouvelable en 2050", a dit la ministre.  "Il faut que les citoyens aient des alternatives viables. Donc aujourd'hui, on étudie d'autres réacteurs qui pourraient être construits mais on étudie aussi la solution où on arriverait à 100% de renouvelable", a-t-elle poursuivi. Votée au mois de septembre 2019, la loi Énergie et Climat, qui vise la neutralité carbone à l'horizon 2050, prévoit de réduire à 50% la part du nucléaire dans la production électrique d'ici à 2035, contre 70% aujourd'hui. 

Conversion zéro pesticide en agriculture

Sur l'arrêt des pesticides, Barbara Pompili estime : "On ne peut pas faire ça sans aider les agriculteurs (...) On ne va pas les laisser en plan."

Et elle rappelle la présence, dans le plan de relance européen, adopté il y a quelques jours, d'"une taxe sur les produits qui arrivent de très loin, et qui produisent des gaz à effets de serre, une avancée très récente."

Cause animale

"La cause animale est une cause importante, les animaux sont des êtres sensibles, il y a des pratiques qui doivent être revues car elles ne sont pas acceptables" estime la ministre. "Quand je reçois les associations des défenseurs de l'environnement, ça ne réagit pas, quand je reçois les chasseurs, qui sont d'autres acteurs de la nature, là ça réagit : moi je vais travailler avec tout le monde". Barbara Pompili promet : "Cette cause du bien-être animal est une cause que je vais prendre à bras-le-corps".

Nouvelles zones protégées en France 

"Cela nous permet d'avoir de la biodiversité, de mieux nous protéger, mettre en cause les risques de canicule, d'inondations : il va y a voir plus de zones de protection en France, définies dans les mois qui viennent".  

À propos d'un moratoire probable sur de nouveaux entrepôts de commerces en ligne et contre l'artificialisation des sols : "On doit travailler aussi sur ces entrepôts logistiques, qui artificialisent beaucoup les sols et qui sont un modèle économique que l'on doit interroger. Aujourd’hui, on protège les petits commerces de centre ville et à côté de ça, il y a une frénésie sur la vente en ligne. Je crois qu'il faut qu'on essaye de voir comment tout ça peut être harmonisé. Ce n'est pas un modèle anti-Amazon, mais c'est aussi les commerces, les petits artisans, notre culture, qui doivent être protégés. Ce que je souhaite c'est un moratoire, qu'on prenne le temps de réfléchir à comment organiser tout cela, et qu'après on prenne des décisions".

  • Légende du visuel principal: Barbara Pompili © AFP / Xosé Bouzas / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP
Les invités
  • Barbara Pompilidéputée La République en marche de la Somme, anciennement Europe Ecologie Les Verts.
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.