Le dessinateur et scénariste de bandes dessinées Enki Bilal est l'invité du grand entretien du 6/9, au micro de Frédéric Métézeau. L'occasion de revenir sur son dernier ouvrage, "Bug", qui nous projette en 2041, et sa dernière année chargée, marquée notamment par son passage comme juré au festival de Cannes.

Les tomes 1 et 2 de "Bug" sont paru chez Casterman, alors que la BD est en cours d'adaptation par France Télévisions, scénarisée par Enki Bilal lui-même et Dan Franck (qui a notamment écrit "Marseille" pour Netflix).

"Le coeur du sujet c'est notre addiction numérique et la mémoire" explique le dessinateur de "Bug", dont le personnage principal est hypermnésique, et où des ados se suicident parce qu'ils sont privés "d'amis numériques". Sur la dépendance numérique, Enki Bilal estime que "le questionnement est sur nos pratiques d'aujourd'hui (...) L'une des forces de l'Humain, c'est la mémoire".

"On est fragilisé par une révolution numérique qui nous dépasse, pour l'instant, on essuie les plâtres"

Pour certaines de ses histoires, la science fiction qu'il imaginait alors est en passe de devenir réalité : "Il y a un enchaînement significatif de cette puissance de l'intelligence humaine qui est dû au numérique, c'est la caractéristique de cette révolution".

"Bug" imagine un chef de l'état atypique : une jeune femme noire, et Enki Bilal reconnait que "là on est encore dans l'anticipation, la parité, c'est pas pour aujourd'hui."     

Sur l'éclatement de la Yougoslavie, son pays natal :"C'était prévisible, l'Europe n'a pas été vigilante, un peu comme aujourd'hui". Il regrette désormais une "vision américaine" prédominante dans les Balkans.  

Pour le dessinateur, Sarajevo est de nouveau fragilisée aujourd'hui, alors que c'était un "laboratoire culturel et religieux sublime".

Sur la bande-dessinée et son nouveau vivier de talents, Enki Bilal explique sa distance : "Je lis peu de BD, mais je me tiens au courant", confie Bilal qui dit "aimer beaucoup Bastien Vivès".

"Dans tous les métiers de création, si on se prend la grosse tête, on explose en vol"  

  • Légende du visuel principal: Enki Bilal, dessinateur, invité du Grand Entretien de France Inter © Radio France /
Les invités
  • Enki BilalDessinateur, plasticien, décorateur, metteur en scène
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.