Thomas Piketty, économiste, est l'invité du Grand Entretien de Nicolas Demorand à 8h20.

L'économiste Thomas Piketty analyse et juge la politique d'Emmanuel Macron. Comment évaluer les réformes menées par le président de la République ?

Le prix Nobel d'économie, Jean Tirole, affirme que le rythme du gouvernement est le bon : "Il faut agir très vite dans un quinquennat. Si on attend la dernière année, on a que des ennuis." La transformation du pays est-elle intimement liée à la réforme de l'économie européenne ? L'Europe saura-t-elle relever ce nouveau défi ?

Sur la crise des migrants, l'économiste condamne au contraire "un immense gâchis, alors que l'Europe aurait les moyens d'être plus ouverte" : "Entre 2000 et 2010, on avait 1,5 million d'entrées de migrants par an, et ça se passait bien. Depuis 2010, on est à 500 000, cela a été divisé par plus de deux. Donc cette théorie d'une déferlante migratoire, c'est simplement faux."

Sur la politique économique européenne : "Les annonces faites par Macron et Merkel sont floues et manquent d'ambition. (...) On ne dit rien sur deux questions-clés : les impôts et la démocratie."

"Sur les impôts, estime Thomas Piketty, il faut que l'Europe apparaisse comme crédible en terme de redistribution et de justice fiscale, il faudrait des impôts communs, sur le revenus, le patrimoine. (...) Pour l'instant, chaque pays joue dans son coin, mais il suffirait de décider ça au niveau commun. Il faut accepter de changer les règles politiques en Europe."

Après un an de pouvoir de Macron, Thomas Piketty estime que le chef de l'État "a très mal dépensé notre argent". Mais la plus grande déception de l'économiste est la suivante : 

Il n'y a pas eu de proposition française sur la zone euro. C'est tellement flou que cela a nourri beaucoup de discours nationalistes.

"Quand vous n'êtes pas capable d'aligner trois lignes, de décrire les impôts susceptibles de devenir européens, ça nourrit cette peur irrationnelle des transferts entre pays. (...) Sur ce budget de la zone euro, il faut en préciser les impôts mais aussi une règle stricte pour qu'il n'y ait pas de transfert entre pays."

"Le nationalisme n'est pas seulement destinés aux partis d'extrême-droite. (...) Un projet de pays contre pays ne peut pas marcher", ajoute l'économiste.

Le Brexit ? "On peut plus faire semblant qu'on ne sait pas"

A propos du Brexit, Thomas Piketty estime que "ceux qui ont voté n'ont pas voté pour un projet, ils ne savent pas pourquoi ils ont voté".

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.