Edgar Morin, sociologue, est l'invité du grand entretien de Nicolas Demorand et Léa Salamé à 8h20.

Edgar Morin
Edgar Morin © AFP / Pascal Guyot

Une crise "totale"

Sur la crise mondiale provoquée par le coronavirus, Edgar Morin affirme : "Jamais je n'ai vu une crise aussi multidimensionnelle et aussi totale (...)J'ai vécu des crises historiques multiples, mais là ça touchait l'individu dans ce qu'il a de plus personnel".

Le virus, ennemi mystérieux

"Dans une époque de paix, si surgit le spectre de la mort, c'est différent" note le sociologue en comparaison avec la grippe espagnole, apparue en Europe entre les deux guerres du XXe siècle.

Suprématie de la science

"Avant l'épidemie, l'opinion publique considérait la science comme vérité absolue" note encore Edgar Morin.

"L'histoire nous montre que l'innovation se heurte à l'énorme résistance des idées reçues"

Des révolutions inutiles ?

Gilets jaunes, BlackLiveMatters, MeToo, mobilisation pour le climat : Edgar Morin estime que les soulèvements citoyens observés ces dernières années sont bénéfiques, mais , contrairement aux mouvements citoyens du Front Populaire de 1936, "pour le moment je ne vois pas de forces politiques organisées capable de cette convergence."

"Tant qu'il n'y a pas de pensée qui oriente, ces mouvements -nécessaires- ne pourront pas aboutir"

Les invités
  • Edgar Morinsociologue, philosophe et directeur de recherche émérite au CNRS
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.