Michel Desmurget, directeur de recherche en neurosciences à l'INSERM, est l'invité du grand entretien de Nicolas Demorand à 8h20.

Dans La fabrique de crétin digital, Michel Desmurget explique que la consommation du numérique sous toutes ses formes – smartphones, tablettes, télévision, etc. – par les nouvelles générations est astronomique. Dès 2 ans, les enfants des pays occidentaux cumulent chaque jour presque 3 heures d’écran. Entre 8 et 12 ans, ils passent à près de 4 h 45. Entre 13 et 18 ans, ils frôlent les 6 h 45. En cumuls annuels, ces usages représentent autour de 1 000 heures pour un élève de maternelle (soit davantage que le volume horaire d’une année scolaire), 1 700 heures pour un écolier de cours moyen (2 années scolaires) et 2 400 heures pour un lycéen du secondaire (2,5 années scolaires).

Contrairement à certaines idées reçues, cette profusion d’écrans est loin d’améliorer les aptitudes de nos enfants.

Les études donnent les mêmes résultats quelques soient les pays. Ce temps est hors normes, extravagant

Pour Michel Desmurget, cet excès d'écrans provoque des problèmes de santé (obésité, développement cardio-vasculaire, espérance de vie réduite…), de comportement (agressivité, dépression, conduites à risques…) et affecte les capacités intellectuelles (langage, concentration, mémorisation…). Autant d’atteintes qui affectent fortement la réussite scolaire des jeunes.

Les écrans remplacent des activités plus structurantes et nourrissantes pour le cerveau

Michel Desmurget estime qu'il n'y a que des  inconvénients à exposer les enfants aux écrans avant 6 ans, et aucun intérêt à la faire. 

Les jeux vidéos ont un effet positif sur un type attentionnel précis, ça  apprend à être distrait au premier sens du terme. "Mais ils sont aussi négatifs sur la concentration", souligne-t-il. 

Le cerveau de l’enfant et de l’adolescent n’est pas fait pour subir un bombardement sensoriel constant. 

Dans certains pays l’état intervient, et à Taïwan par exemple, il y a des amendes pour les parents qui exposent leurs jeunes enfants aux écrans, car c'est considéré comme de la maltraitance.  

Je ne suis pas pour une intervention étatique, le fait que les gens soient informés me suffirait.

Dans son  livre, Michel Desmurget explique "Ce que nous faisons subir à nos enfants est inexcusable. Jamais sans doute, dans l’histoire de l’humanité, une telle expérience de décérébration n’avait été conduite à aussi grande échelle". 

  • Légende du visuel principal: Michel Desmurget © Michel Desmurget
Les invités
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.