Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des Comptes publics, est l'invité du Grand entretien de Nicolas Demorand et Léa Salamé à 8h20.

Gérald Darmanin revient sur la décision sur la fiscalité des seniors. Le gouvernement a renoncé à raboter des aides  à l'emploi à domicile pour les seniors parce que, selon le ministre, la concertation n'a pas manifestement pas eu lieu : 

"C'est évidemment une faute et il faut effectivement battre sa coulpe, faire mea culpa, mais ce n'est pas non plus de l'amateurisme, il ne faut pas dire n'importe quoi", a-t-il réagi ce mercredi, après la reculade du gouvernement sur l'exonération fiscale dont bénéficient les personnes âgées pour l'emploi d'une aide à domicile. Une exonération qui a été annulée par Edouard Philippe, devant la levée de boucliers de l'opposition qui accusait le gouvernement de mener une politique "anti vieux".    

"Ce qui est certain c'est qu'il vaut mieux concerter avant", a ajouté le ministre, à destination de sa collègue du gouvernement, la ministre du Travail Muriel Pénicaud : "Le Premier ministre l'a dit. Il a dit que la ministre du Travail n'avait pas assez concerté avec les acteurs du secteur ni d'ailleurs qu'elle n'avait pas présenté sa mesure comme il le fallait. Nous avons tous entendu le Premier ministre, on appliquera ce qu'il a dit", a indiqué Gérald Darmanin, précisant que ce recul ne concernait que 300 millions d'euros sur un budget de dépense de 437 milliards d'euros de l'Etat.    

Gérald Darmanin a également nié être à l'origine de ce projet de coupe dans le budget. "Quand j'entends et j'ai entendu ce matin (...) que c'est Bercy, que ce serait le ministre du Budget qui aurait proposé ce sujet, ce n'est pas le cas. Ce qui est le cas, c'est que chaque ministre a un plafond et pour le respecter, il fait des propositions (d'économies)", a détaillé Gérald Darmanin.    

Sur le fond, Gérald Darmanin considère toujours néanmoins comme une "bonne idée" le fait de "donner plus aux personnes dépendantes par rapport aux autres personnes qui ne sont pas dépendantes", mais assure qu'il faut "continuer à concerter sur ce point".

Au sujet des baisses d'impôts, Gérald Darmanin revient sur le budget entériné par le gouvernement: "C'est un budget de baisse d'impôts sans précédent, et ça explique que la croissance reste forte", dit-il. Il ajoute que grâce aux prélèvements à la source, le gouvernement récupère non pas un milliard mais deux milliards d'euros dans les caisse de l'État : "On a récupéré 1 milliard de plus que ce qu'on avait prévu, c'est-à-dire 2 milliards d'euros supplémentaires", a déclaré le ministre, "une somme qui correspond à "0,1 point de produit intérieur brut, c'est beaucoup d'argent".

Au ministère de l’Écologie, il annonce qu'il n'y aura pas de suppression de postes mais une "mutualisation" : "Attendons le projet de loi de finance" 

À propos de l'assurance chômage, reprenant les propos de la CFDT qui qualifie la réforme de "tuerie", le ministre estime pour sa part que "la tuerie, c'est le chômage, c’est pas la réforme", désignant par exemple ce qu'il considère comme des abus, comme ce cas de cadres qui prendraient "un peu de temps" pour toucher un peu de chômage.

Sur l'aide médicale d'État, l’AME, dont le budget est à moins d’un milliard d’euros. Le ministre annonce qu'il n'y a pas de baisse prévue dans ce budget.

  • Légende du visuel principal: Gérald Darmanin © AFP / Ludovic Marin
Les invités
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.