Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier Ministre est l'invité de Nicolas Demorand.

Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier Ministre est l'invité de Nicolas Demorand à 8h20

Iran

La France a retrouvé un leadership international. On l’a vu en Chine avec Poutine, en Europe... il a pris une position très puissante. Macron pousse un certain nombre de dossiers. Il pousse le multilatéralisme. Il parle à tout le monde.  Les Américains sont égoïstes au sujet de l’Iran. La France a intérêt à ce que l’accord de 2015 soit maintenu et appliqué. Faisons bouger Trump mais visiblement l’homme a la tête dure.

Syrie

Le principe de la ligne rouge est une ligne juste. Quand on a les preuves, il faut intervenir. La solution à la crise syrienne n’est pas militaire, elle est politique. Ce qui vient des Etats-Unis, je l’ai observé pendant la guerre en Irak, n’est pas toujours exact.

Politique des réformes de Macron 

Il fait les réformes qu’il a annoncé pendant sa campagne. La situation du pays est assez dangereuse. Ce pays est un pays en cristal. Avant c’était la fracture sociale aujourd’hui il y a DES fractures. Mais il faut faire ces réformes, il faut avoir le courage et l’énergie.

Il faut protéger les petites retraites. Il y a beaucoup de gens qui souffrent et il faut être attentif aux territoires pas seulement se soucier des grandes villes qui sont devenues belles.

Laurent Wauquiez

Sa ligne n’est pas assez mesurée et tempérée. Il est resté dans la ligne de sa campagne qui ne me plaisait pas. J’attends Wauquiez sur l’Europe. Je veux un parti européen et je ne soutiendrai pas une campagne eurosceptique.  Je ne suis plus dans la lutte pour le pouvoir. Je voterai pour la liste la plus européenne.

Le pacte fondateur, est et doit rester : « pas d’accord avec le front national », si les Républicains rompent avec cela, il y aura fracture. 

Plan Borloo

On avait fait beaucoup avec la rénovation urbaine et l’ANRU. Jean-Louis Borloo a le savoir-faire. C’est très difficile de trouver des solutions dans les banlieues. L’Etat est responsable de la cohésion sociale dans les quartiers.

Il faut un ministère des collectivités territoriales. Il manque un intermédiaire entre les territoires et le gouvernement. Notre pays est congestionné par le haut depuis la crise de 2008.

Maintenant que la reprise économique est là, il faut libérer les territoires et les respecter. Il y a une perte d’autonomie des territoires.

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.