La France veut à l'avenir davantage investir l'espace pour sa stratégie militaire. Au lendemain des annonces de la ministre Florence Parly, le président de la Fondation pour la recherche stratégique, Xavier Pasco, est l'invité de Laetitia Gayet pour le Grand entretien du 6/9 de France Inter.

Xavier Pasco revient sur les investissements annoncés par la ministre des armées Florence Parly pour la recherche dans l'espace : "Ça traduit une adaptation à un environnement qui a changé".

"L'espace aujourd'hui est devenu incontournable, une infrastructure vitale", poursuit cet observateur de la stratégie française à l'égard de la conquête spatiale, qui explique aussi que désormais les programmes ne sont pas conçus à des fins offensives, mais la France "serait capable d'agir si nécessaire".

"Aujourd'hui on peut imaginer des lasers embarqués dans des satellites et qui pourraient détruire un satellite voisin"

L'Espace, en France, est né aussi des moyens alloués à la dissuasion nucléaire (...) La France doit convaincre que ce qu'elle fait pour elle, elle le fait aussi pour l'Europe, et la France ne pourra rien faire sans l'Europe

"Tant qu'on aura pas un ministre européen de la défense, on aura de la difficulté à s'accorder sur des programmes communs", estime encore Xavier Pasco.

Sur l'investissement commercial de l'espace : "Cela devient un élément sine qua none des réseaux ".  Xavier Pasco observe qu'aujourd'hui, "les gouvernements vont devoir composer avec les acteurs privées qui arrivent en masse et qui vont constituer un nouvel écosystème". Le spécialiste souligne un nouvel enjeu : quelles organisations entre eux et le gouvernement ?

  • Légende du visuel principal: La ministre des Armées, Florence Parly, à la base aérienne de Lyon Mont Verdun, le 25 juillet. © AFP / Philippe Desmazes
Les invités
  • Xavier Pascodocteur en science politique, (Université de Paris I Panthéon-Sorbonne) et directeur de la Fondation pour la recherche stratégique, Responsable du pôle « Espace » à la FRS
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.