Au-delà d'un rétablissement de l'ISF, l'économiste Thomas Piketty juge qu'il faut s'inspirer des "leçons" de l'Histoire et taxer les hauts patrimoines privés, "comme en Allemagne ou au Japon après la Seconde guerre mondiale" pour surmonter la hausse de l'endettement public.

"Oui, il faut rétablir l’Impôt sur la fortune." Pour se relever de la crise économique, Thomas Piketty estime qu'il faut surtout "que les revenus de ceux qui vont consommer ne s’effondrent pas". "Je ne vois pas les Français comprendre qu’on finance des cadeaux fiscaux qui dépassent cinq milliards d’euros par an, les maintenir alors qu’on dit qu’il faut réinvestir dans les services publics, ça me paraît incompréhensible", a-t-il estimé, invité lundi matin de France Inter. "L’économie ne fonctionne pas avec des super milliardaires mais avec des petits, de petites entreprises. On parle de personnes à qui on a fait payer toujours plus de TVA, de CSG. Il faut rétablir l'ISF, avec un rendement beaucoup plus important, qui pourrait rapporter 10 milliards par an."

Taxer les hauts patrimoines privés ?

Si la crise sanitaire est inédite, l'Histoire peut nous éclairer sur le plan économique juge Thomas Piketty. "Il y a beaucoup de leçons historiques. La bonne nouvelle, c’est qu’il y a différentes façons de s’en sortir. Après la Seconde guerre mondiale, de nombreux pays notamment l’Allemagne et le Japon, ont mis en place des systèmes d’imposition sur les plus hauts patrimoines privés, jusqu’à 80-90% de ponction. Ça a pu réduire très vite l’endettement public, qui était encore plus élevé que ce qu’on l’est aujourd’hui. (...) Il ne faut pas faire exactement la même chose mais reprendre ces leçons de l’histoire", a estimé l'économiste. 

  • Légende du visuel principal: Thomas Piketty © AFP / Joel Saget
Les invités
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.