Ancien ambassadeur français aux Etats-Unis, Gérard Araud, observe avec un oeil aiguisé la campagne pour la prochaine élection présidentielle américaine. "Elle sera absolument passionnante", prédit-il.

Gérard Araud
Gérard Araud © AFP / Ludovic Marin

"Ce sera une campagne absolument passionnante du coté démocrate, avec un vrai combat entre le retour de la gauche d'un côté et de l'autre les démocrates classiques, qui voudraient une campagne centriste, 21 candidats et beaucoup d'inconnues", estime l'ex-ambassadeur de la France aux États-Unis Gérard Araud, invité de France Inter vendredi 27 décembre. 

Du côté démocrate, il y a en effet énormément de candidats, nous avons d'ailleurs dressé le portrait de chacun dans un article. "Biden, tout le monde se rend compte que sa candidature est faible", analyse Gérard Araud. Mais il juge Michael Bloomberg bien plus assuré. Il raconte que le milliardaire, ancien maire de New York et ex-républicain lui a expliqué que "son problème" était "la primaire et les militants démocrates". "Si je franchis cette étape, je bats Trump", a expliqué Michael Bloomberg à Gérard Araud. 

Par ailleurs, "beaucoup pensent que si c'est un candidat de la gauche démocrate face à lui, Trump peut-être réélu", estime l'ex-ambassadeur qui décrypte par ailleurs la vision des relations diplomatiques de Trump : "Il n'a qu'une vision des relations internationales, c'est le rapport de force le plus brutal. Il n'y a pas d'amis, d'ennemis, il tord le bras des autres". 

Interrogé sur les récentes déclarations de Ségolène Royal, notamment à propos de la réforme des retraites, Gérard Araud estime que "ces déclarations rentrent à l'évidence de plein pied dans la politique française", il juge qu'elle "devrait démissionner de son poste" d'ambassadrice des pôles. 

Les invités
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.