Au sujet de la réforme des retraites et de l'éventuel usage du 49-3, la majorité "soutiendra la décision" du Premier ministre "quelle qu’elle soit" a assuré sur Inter jeudi Gilles Le Gendre, député de la deuxième circonscription de Paris et président du groupe La République en Marche à l’Assemblée nationale.

Invité de France Inter jeudi, le président du groupe La République en marche à l'Assemblée nationale Gilles Le Gendre a pointé du doigt  "l'obstruction de 33 députés qui ont décidé depuis le début de saboter le travail des 544 autres" dans le cadre de l'examen du projet de réforme des retraites au palais Bourbon. 

"Nous battrons en début de semaine prochaine le record de durée d’un débat parlementaire pendant la Ve République. Jamais nous n’aurons siégé autant. A l’heure où nous nous parlons deux articles ont été voté. Il en reste 63. Les oppositions ont le droit et le devoir de s’opposer et personne et moi certainement pas ne contestera le droit d’amendement mais là nous sommes dans l’objectif que cette loi ne voit jamais le jour", a regretté Gilles Le Gendre. "Ils ont échoué dans la rue, par les manifestations, les grèves. Ils introduisent l’insurrection démocratique", assène le député de la deuxième circonscription de Paris.  

Concernant l'usage de l'article 49-3 de la Constitution, pour faire accélérer l'examen du texte de loi, Gilles Le Gendre estime que c'est "la décision du Premier ministre". "Il a dit qu’il prendrait ses responsabilités. La majorité soutiendra sa décision quelle qu’elle soit. Mais je souhaite que l’on restaure la réputation et l’image de notre Parlement, profondément abîmée par la stratégie d’obstruction de l’opposition", poursuit-il.

"L’urgence [de faire adopter le texte rapidement, NDLR] se justifie par un point très simple", justifie Gilles Le Gendre. "Dès 2022, les jeunes qui rentrent sur le marché du travail bénéficieront du nouveau régime de retraites". 

"Nous fixons comme règle d’or que la valeur du point et les pensions ne baisseront pas et nous fixons comme objectif qu’elles augmenteront en fonction des revenus d’activité. Nous devons créer un outil de référence. L’Insee créera cet outil, qui garantira l’augmentation constante des pensions en fonction du pouvoir d’achat", a-t-il détaillé par ailleurs.

"Nous ne demandons pas mieux que d’améliorer le texte et nous le ferons, même si le 49-3 est utilisé", assure Gilles Le Gendre. "Mais depuis que nous sommes aux responsabilités, nous avons pris le parti de ne reculer devant rien si nous pensons qu’une réforme fait du bien au pays. C’est une stratégie coûteuse parce que nous prenons des risques. Cette réforme apportera beaucoup de mieux à tous les français."

  • Légende du visuel principal: Gilles Legendre © AFP / Bertrand Guay
Les invités
  • Gilles Le GendreDéputé de la 2e circonscription de Paris, Vice-président et porte-parole du groupe LREM
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.