Pascal Canfin, ex-directeur de WWF France et numéro deux sur la liste LREM aux élections européennes, était l'invité de France Inter. Il avait pourtant refusé à deux reprises les avances du chef de l'État. Selon l'ex-EELV, il ne fait pas "un mauvais coups" aux écologistes, il faut "additionner les énergies".

Pascal Canfin n'en démord pas : non il n'a pas changé. "Les yeux dans les yeux", lance-t-il sur France Inter, "je suis exactement le même". Ancien directeur de WWF France, ancien député écologiste au Parlement européen (EELV) et désormais numéro deux sur la liste LREM aux élections européennes, il assure vouloir agir au sein d'une liste qui a "pour un quart ou un tiers des convictions écologistes". Selon lui, c'est une "bataille culturelle" qui est gagnée : "Je rends hommage aux écologistes politiques, aux Verts, à EELV, d’avoir eu raison avant les autres et je ne leur fait pas un mauvais coup. C'est en additionnant les énergies... qui peut croire que cinq ou six députés européens réussiront à changer la donne, c'est impossible. Si on croit vraiment à cette cause il faut additionner et multiplier les énergies". 

Pascal Canfin a également ajouté être "extrêmement fier" du choix qu'il fait en s'engageant aux côtés de Nathalie Loiseau : "C’est le choix de ma génération, et on n’a pas le droit de se planter".

L'ex-eurodéputé EELV le concède : "Si vous voulez que je vous dise que le gouvernement actuel français n'en fait pas assez, ne va pas assez vite, ne va pas assez loin sur l'écologie, je vous le dis", mais selon lui le président lui a donné des "garanties" suffisantes. "Si j’avais été seul, évidemment, c’eût été une caution, un coup d’épée dans l’eau, et j’aurais dit non", mais "c'est une aventure collective". 

"Avec le président de la République, j'applique le théorème de la grand-mère : quand je suis d'accord, je le dis ; quand je ne le suis pas aussi."

"Sur la partie éligible de la liste, il y a de nombreuses personnes qui ont des compétences, des engagements, des convictions écologistes très fortes" assure Pascal Canfin qui ajoute : "Si j'attends que tout soit parfait pour commencer à me dire 'peut-être que je peux commencer à me poser la question d'y aller', je ne ferai jamais rien".

Un nouveau groupe politique ?

"L’ensemble de la liste siégera dans le même groupe évidemment. (...) Mais on va essayer de transformer le Parlement européen de l’intérieur. Parce qu'aujourd’hui, il est co-géré par deux groupes, les conservateurs et les socialistes. Ca c'est fini, plus personne n’en veut, c’est à bout de souffle, c'est épuisé. On va arriver dans une nouvelle configuration, une nouvelle donne historique" assure Pascal Canfin qui estime, se basant sur "les derniers sondages" qu'il n'y a aucune majorité possible sans le groupe dans lequel la liste LREM siégera. "Nous prônons un contrat de coalition et nous proposerons aux Verts européens de rejoindre ce contrat de coalition. Mais nous voulons sortir de la cogestion européenne pépère qui a atteint ses limites".

  • Légende du visuel principal: Pascal Canfin © AFP
Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.