Valérie Pécresse, présidente Les Républicains de la région Ile-de-France, est l'invitée du grand entretien de Nicolas Demorand et Léa Salamé à 8h20.

Nicolas Hulot a démissionné, hier, du gouvernement. Quel est le sentiment de l'opposition ? 

La présidente LR de la région Île-de-France a devancé Laurent Wauquiez, en faisant la rentrée de son mouvement "Libres !", vendredi 24 août, à Brive (Corrèze). La droite est-elle unie, "populiste ou populaire" ? 

Valérie Pécresse est-elle dans une logique de "faire et construire" ?  Soutient-elle les réformes menées par le gouvernement? 

Après la démission de Nicolas Hulot, elle réagit en se disant "triste de son départ du gouvernement". "L’écologie doit être notre grande cause à tous, poursuit-elle. Nicolas Hulot refusait le sectarisme et cherchait des solutions, à la hauteur de ses convictions. Est-ce la fin des ambitions écologiques du gouvernement ?"

"Il y a toujours eu des lobbies, et ils existeront toujours, explique Valérie Pécresse. Il faut savoir résister."

Ecologie positive  

Valérie Pécresse défend son idée d'écologie positive : "Je n’ai jamais été contre la fermeture des voies sur berges. J’ai fustigé la brutalité de la méthode, qui déplace la pollution. Je suggère qu’on réserve [cet axe routier] à des véhicules non polluants."

Il faut une aide aux transformations des véhicules en véhicules non polluants.

En Ile-de-France, elle plaide pour l'idée de "décarbonner" et sortir peu à peu du nucléaire. 

Retraites, impôts, des décisions "bricolées" par le gouvernement

Les décisions budgétaires du gouvernement sont une réponse injuste et bricolée aux questions de pouvoir d'achat, selon la présidente de la région Ile-de-France.  

Sur le prélèvement de l'impôt à la source, Valérie Pécresse s'interroge : "Pourquoi n'avoir pas imposé la mensualisation ? Déjà 80 % des Français sont mensualisés. Ça évite de s’immiscer dans la vie privée des citoyens.

[Le prélèvement à la source] est une usine à gaz. Les Français vont se dire qu’on est malades de nos impôts. Ça va faire un massif mouvement pour la réforme de l’Etat et la fin du gaspillage.

Sur la politique migratoire, Valérie Pécresse estime aussi que les actions du gouvernement ne sont pas à la hauteur de ses déclarations, et qu'il n'y a pas assez de reconduites à la frontière. 

Transports en Ile-de-France

Valérie Pécresse se dit philosophiquement opposée à la gratuité dans les transports, car "les services publics ont un coût". "Nous réfléchissons à la gratuité, mais je mets en garde contre les idées simplistes." 

Les transports publics en Ile-de-France, c’est 10 milliards d’euros dont 3 milliards payés par les usagers. 

Il faut faire attention, car nous avons besoin d’argent pour développer les transports, pour rénover. Il faut donner envie du transport en commun.

Le Pass Navigo : "J’ai 480 millions par an de trou par an dans la caisse, ça fait un tramway de moins à construire par an. Le Pass Navigo à tarif unique, je l’ai augmenté de 2 euros 60 par mois, pour acheter 700 rames neuves de train, et investir 28 milliards en rénovation." 

Les élections européennes, et le mouvement Libre !

Libre ! est là pour fournir un cahier de propositions, selon sa fondatrice. 

Il faut une alternative à Macron…  et retrouver une stratégie d’influence française en Europe. 

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.