Yannick Jadot est l'invité du grand entretien à 8h20.

Yannick Jadot, eurodéputé et tête de liste des écologistes à l’élection européenne de 2019 est l'invité du grand entretien.

"Gilets jaunes" et environnement, pas incompatibles selon Jadot

Pour l'eurodéputé EELV, les annonces faites par le chef de l'État à destination des gilets jaunes ne sont pas suffisantes. Il souligne les "grands mots" et les "belles paroles" du Président, qui résonnent selon lui avec "l'absence grossière de réformes... Ce n’est pas à la hauteur de l’enjeu", regrette-t-il.

Il dénonce dans les propos d'Emmanuel Macron "la partie culpabilisation", et notamment l'emploi de l'expression "peste brune". 

Mais, regrette-t-il, "On ne répond pas sur l’accompagnement des Français vers la transition énergétique." "Il y a un problème d’écoute, de reconnaissance et de moyens." Selon Yannick Jadot, l'enjeu est de redistribuer ce que l’on collecte. "Il n'y a pas d'écologie sans solidarité, pas sans justice sociale."

Le député EELV propose une "sécurité de l'environnement", qu'il compare à la sécurité sociale mise en place après-guerre. 

C’est la réponse à la France qui souffre, pour les victimes des pesticides, les victimes des inondations. Je veux sortir l’environnement de Bercy - Yannick Jadot

Pour le député européen, il faut un plan d’investissement européen de 100 milliards par an qui aille sur la transition énergétique et qui permettrait de créer de l’activité dans "tous ces territoires qui souffrent". Au sujet des "gilets jaunes", Yannick Jadot dit entendre leur colère, mais estime qu'il faut avant tout que les voitures consomment moins. 

Il dénonce les "Tartuffe" qui soutiennent le mouvement, et qui ont selon lui rendu les territoires difficiles à vivre. "30 ans d’impasse sur l’aménagement des territoires, c’est ça le problème." martèle-t-il. 

Il critique l'attitude de Ségolène Royal qui est d'après lui, "une bonne écologiste quand elle est dans l’opposition." 

Pour Yannick Jadot, le mouvement des "gilets jaunes" veut dire beaucoup de choses, au delà du diesel : "Il y a des problèmes de pouvoir d’achats, nous avons besoin de services publics... Les gens se demandent aujourd’hui pourquoi ils paient des impôts."

La course aux Européennes est lancée 

Yannick Jadot dit être fier d’être député de base. Pour lui, on ne doit pas instrumentaliser les élections européennes. "Cela fait 40 ans que les écologistes ont des élus européens." Pour autant, il avoue s'interroger sur l'échec des écologistes ces dernières années. "On n’a pas réussi tout en ayant raison. L’écologie, ce n'est pas le problème, c’est la solution."

L'eurodéputé estime que deux courants de pensée régissent ce moment politique : d'un côté, la tentation de l'extrême droite, "on se referme, on se replie" et de l'autre, les écologistes, qui veulent redonner un avenir au projet européen. 

"Je ne suis pas seul. Mon agenda, ce n’est pas de sauver la gauche, ce n’est pas mon sujet. J’appartiens au groupe vert au Parlement européen, je ne veux pas me tromper d’agenda.

Enfin, Yannick Jadot se dit extrêmement déçu par les annonces d'Emmanuel Macron concernant le nucléaire français. "Il nous remet le vieux monde en place avec le nucléaire. L’éolien offshore est en train d’être sacrifié par ce gouvernement. On va se perdre dans cette faillite industrielle."

ECOUTEZ LE PODCAST DE RADIO FRANCE "AGIR POUR MA PLANÈTE" :

A l'occasion de la COP24, retrouvez toutes les émissions et les chroniques sur le changement climatique, par les antennes de Radio France. Quel est l'impact du réchauffement climatique sur l'environnement ? Quels dangers, quelles solutions ? A retrouver sur iTunes, sur Deezer ou en fil RSS.

Légende du visuel principal:
Yannick Jadot © Radio France / Anne Audigier
Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.